PICS – AGROPOWER

PICS : AGROPOWER

Nouvelles pratiques, nouveaux enjeux de la régulation environnementale de l’agriculture au Brésil

Institut de rattachement : INSHS

Pays de coopération : Brésil

1.   Introduction

Le projet réunit des chercheurs en géographie et sociologie qui nourrissent des collaborations entre universités françaises et brésiliennes depuis plusieurs années. Dans Agropower, ils mutualisent leurs compétences acquises sur deux sujets d’actualité : la construction des données environnementales et la consolidation de l’agrobusiness sur les frontières agricoles.

2.   Missions et thèmes de recherche

Le projet « AGROPOWER, Nouvelles pratiques, nouveaux enjeux de la régulation environnementale de l’agriculture au Brésil » propose une contribution originale au débat sur la « néolibéralisation de la nature », au travers d’une analyse des politiques visant à contrebalancer les impacts environnementaux de l’exploitation des ressources naturelles par le biais d’instruments incorporant des dimensions croissantes du champ naturel aux logiques marchandes. La proposition entend revisiter ce débat en interrogeant le rôle des nouvelles formes de régulation environnementale de l’agriculture dans l’évolution des rapports de pouvoir entre Etat, agrobusiness national et firmes multinationales.

Il étudie ainsi la mise en application de la réforme du Code Forestier Brésilien dans l’Ouest de l’Etat de Bahia et dans le Sud du Piauí, qui configurent une partie de la région du Matopiba, l’une des dernières frontières agricoles du pays et importante vitrine de l’agrobusiness. L’avancée du Cadastre Environnemental Rural (C.A.R.) y a été rapide, témoignant de la promptitude des grands producteurs modernisés à répondre aux nouvelles exigences réglementaires. Le projet formule l’hypothèse que la réforme du Code Forestier, loin de n’être qu’une manifestation de la néolibéralisation de la nature dans un contexte de globalisation,  pourrait être interprétée comme la consolidation du pouvoir des grands producteurs agricoles qui, dans une alliance stratégique avec l’Etat, assouplissent leurs obligations environnementales et s’émancipent du même coup de la tutelle des firmes multinationales, qui ont dominé la régulation sectorielle des années 1990.

Ancré dans les approches de la gouvernementalité focalisées sur l’instrumentation des politiques publiques, ce projet contribue au débat sur la nature du néolibéralisme latino-américain à partir de l’analyse des pratiques concrètes de mise en place du C.A.R. grâce à des enquêtes et des cartographies réalisées à différentes échelles.

3.   Les institutions et laboratoires impliqués

Les institutions signataires de la convention sont :

En France :

  • CNRS
  • Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Université Sorbonne Nouvelle

Au Brésil :

  • Université Fédérale de Rio de Janeiro
  • Université Fédérale Fluminense

Les laboratoires associés sont :

  • UMR Pole de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique
  • UMR LADYSS
  • UMR Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • Núcleo de Estudos Geoambientais – Instituto de Geociências
  • REAGRI – Redes de Estudos sobre Regiões Agrícolas
  • Fronteiras e transformações das práticas estatais e políticas
En Bref 
Date de créationmai-18
Directeur FRGAUTREAU Pierre - pierre.gautreau@univ-paris1.fr
Directeur BREve Anne BÜHLER – eve.buhler@gmail.com
EffectifFR : 4 / BR : 3
Nombre de doctorants2
Nombre de co-publications2
Nombre de laboratoiresFR : 1 / BR : 3
Nombre de co-publications
Villes impliquéesFR : Paris, Saint Denis / BR : Rio de Janeiro, Niteroi
Site internet