International Union of Pure and Applied Chemistry (IUPAC) – 100 ans

L’International Union of Pure and Applied Chemistry (IUPAC) soufflera ses 100 bougies sous le haut patronage d’Emmanuel Macron et fédérera les chimistes académiques et industriels du monde entier lors du Congrès qui se déroulera à Paris du 5 au 12 juillet 2019. Le CNRS est partenaire.

L’Union a été fondée par des chimistes académiques et industriels pour établir un pont entre ces deux communautés. L’IUPAC est reconnue comme l’autorité mondiale en nomenclature chimique, terminologie, méthodes normalisées pour la mesure, et beaucoup d’autres données évaluées de manière critique.

Chimie du vivant, chimie pour l’énergie, chimie pour l’environnement, entre autres domaines, seront des axes qui mettront en avant un panel complet des dernières avancées de la discipline.

Des Prix Nobel et scientifiques du secteur de l’industrie ou de la recherche internationalement reconnus interviendront.

Le programme est accessible ici : https://www.iupac2019.org/scientific-programme

L’IUPAC souhaite mobiliser plus la communauté internationale et a reporté la date de soumission d’abstract.

La date limite de soumission d’abstract a été repoussée pour laisser plus de temps à tous pour s’inscrire : 21 avril 2018 (www.iupac2019.org).


Campus France lance deux nouveaux programmes de mobilité

Les programmes « Devenir Etudiant en France » et « French+Science » sont développés par l’agence nationale Campus France, en ingénierie de formation avec des centres de langues reconnus, des centres de recherche et des universités.

  • Le programme « Devenir Etudiant en France » est un cours préparatoire pour des nouveaux étudiants en France, une période d’adaptation aux rythmes et pratiques académiques françaises. (40h d’étude de langue française + modules de méthodologie universitaire + modules pratiques – ex :le système de sécurité social en France… + activités culturelles) Plus de détail sur : https://www.bresil.campusfrance.org/pt-br/curso-preparatorio-devenir-etudiant-en-france
  • Le programme « French+Science »  s’adresse à un public plus avancé dans ses pratiques académiques (de Master jusqu’à postdoc, voire chercheur en activité) et promet une immersion scientifique disciplinaire. Essentiellement développé en anglais, le programme intègre quelques heures d’apprentissage du français. Plus de détail sur : https://www.bresil.campusfrance.org/pt-br/french-sciences

Un appel pour les « écoles d’été » est également actuellement diffusé : https://www.bresil.campusfrance.org/pt-br/escolas-de-verao-franca-excelencia-edital-oferece-passagens-aereas-para-cursos-de-curta-duracao


Rencontre CNRS – FAPERJ

De gauche à droite : Olivier Fudym (Directeur du bureau du CNRS à Rio), Alexis Lenoir (Chargé de coopération CNRS Rio), Jerson Lima (Président de la FAPERJ), Vania Paschoalin (conseillère du président de la FAPERJ), Filippo Scelza (Sous-secrétaire de la coopération avec le secteur Technologie et Innovation du Secrétariat d’Etat de la Science, Technologie et Innovation)

Le directeur du bureau de Rio du CNRS – Centre National de Recherche Scientifique – Olivier Fudym, a rencontré ce mercredi 30 janvier le président de la FAPERJ, Jerson Lima. La réunion a eu lieu au siège de la fondation et avait pour objectif de consolider les collaborations entre la FAPERJ et le CNRS en discutant de la possibilité de nouvelles coopérations entre les chercheurs français et ceux de l’Etat de Rio. Cette réunion avait également pour objectif de valoriser les coopérations « individuelles » qui existent déjà entre des chercheurs des deux pays comme, par exemple, dans le cadre des programme de la FAPERJ comme : Cientista do Nosso Estado, Jovem Cientista do Nosso Estado, Institutos Nacionais de Ciência e Tecnologia (INCT), Doutorado Sanduíche e Doutorado Sanduíche Reverso etc. D’un autre côté, ont été discuté les préparatifs d’un accord de coopération entre les deux agences ayant pour but d’améliorer et d’augmenter les possibilités de coopérations non seulement entre les institutions d’enseignement et de recherche des deux pays mais qui encourage également la recherche de partenariats avec le secteur privé. Étaient présents à cette rencontre en plus des deux directeur et président : Alexis Lenoir, chargé de coopération pour le bureau du CNRS à Rio, Filippo Scezla, sous-secrétaire de la coopération avec le secteur Technologie et Innovation du Secrétariat d’Etat de la Science, Technologie et Innovation, Felipe Sampaio, super-intendant du sous-secrétariat de la coopération avec le secteur Technologie et Innovation et Vania Paschoalin et Caio Meira, conseillers du président de la FAPERJ.


Chaire d’accueil Française à l’UERJ

PROGRAMME 2019

https://www.parisnanterre.fr/medias/photo/chaire-uerj_1547111519716-jpg

« CHAIRE FRANCAISE A L’UERJ »

L’Université de l’Etat de Rio de Janeiro (UERJ) en partenariat avec le Consulat général de France à Rio lancent l’appel 2019 du programme de chaires d’accueil de professeurs ou chercheurs d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche français à Rio de Janeiro.

Modalités générales :

Ce programme permet l’accueil de professeurs ou chercheurs d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche français pour une durée pouvant être, au choix, de 6 mois ou d’une année. Globalement, ce sont ainsi 36 (trente-six) mois de bourses qui sont disponibles.

Les lauréats recevront une bourse mensuelle de l’université partenaire (d’un montant égal 6900 Reais mensuel) ; l’Ambassade de France prendra à sa charge le billet d’avion aller-retour en classe économique avec 2 bagages enregistrés en soute. Toutes les disciplines sont éligibles.

Conditions d’éligibilité : être Professeur des Universités, Maître de conférences, Chargé de recherche ou Directeur de recherche. L’habilitation à diriger des recherches (HDR) sera considérée comme un critère préférentiel. Il n’y a pas de condition de nationalité française.

Les projets déposés pourront être rédigés en français, portugais ou anglais.
Le comité de pilotage franco-brésilien mis en place dans le cadre de ce programme assure la sélection des lauréats ainsi que le suivi et l’évaluation des chaires en place.

Modalités pratiques :

1/ Le projet

Les candidats devront soumettre un projet élaboré en partenariat avec un professeur de l’université d’accueil (professeur « référent », responsable du projet et de la chaire) décrivant les activités d’enseignement et de recherche prévues et précisant les dates envisagées pour le séjour au Brésil. Le projet devra obligatoirement comporter une ou plusieurs conférences « grand public » ou une activité de vulgarisation scientifique ainsi que la production d’articles, ouvrages ou de toute autre publication reconnue par les critères habituels d’évaluation de la recherche. Le Consulat général de France à Rio pourra notamment solliciter le professeur invité pour intervenir dans le cadre de sa programmation scientifique. La présentation du projet devra être synthétique (moins de 5 pages).

Toutes les candidatures seront examinées par Vice-Présidence à la Recherche de l’UERJ conjointement avec la Direction des Relations Internationales de l’UERJ.

Les pièces suivantes devront être jointes au dossier :

– Une mention explicite de la durée souhaitée (six mois ou un an)
– Projet
– CV du Professeur visitant, copie de son passeport,
– Résumé du CV « Lattes » du professeur référent au Brésil,
– Avis du Conseil de département de l’Université d’accueil.

2/ Le professeur responsable de la chaire

Le projet sera présenté par le professeur référent au Conseil de département pour avis. Le professeur référent, responsable de la chaire, s’engage à participer au programme défini conjointement et à assurer les conditions d’accueil en fonction du programme de travail défini.

Le comité de pilotage appelle l’attention des candidats sur l’importance d’élaborer le projet de la manière la plus concertée possible entre le professeur visitant et le professeur référent, en particulier pour le choix des dates du séjour, les besoins de logistique en fonction de la nature et des ambitions du projet, et la mobilisation des ressources disponibles en termes de communications ou de valorisation des activités conduites.

Pendant la durée de son séjour au Brésil, toute demande du professeur étranger est sous la responsabilité de l’enseignant-référent. La Direction de Coopération Internationale de l’UERJ et le DEPESQ/SR2 sont responsables du versement de la bourse.

3/ Le choix des dates

Les séjours devront démarrer à partir du 1er avril 2019. Exceptionnellement, les dates figurant dans le projet pourront être modifiées, dans la limite de la période citée sur l’année 2019. Les lauréats qui souhaiteraient reporter leur venue à l’année suivante se verraient perdre automatiquement le bénéfice de la sélection.

Le comité de pilotage attire l’attention des candidats sur les dates de séjour : elles doivent être choisies en accord avec le professeur référent en fonction du calendrier brésilien et en accord avec ses engagements propres au sein de son établissement de rattachement.

4/ Les obligations du lauréat

Il appartient au candidat d’organiser de manière autonome son hébergement à Rio de Janeiro y compris sur les questions d’assurance santé.

Dans un délai d’un mois à l’issue de leur séjour, les lauréats devront remettre un rapport d’activité aux parties françaises et brésiliennes. Dans le cas où ce rapport ne serait pas remis, le professeur référent se verra interdit de participer à un type quelconque d’action menée par la Vice-Présidence de la Recherche ou la Direction de la Coopération internationale.
Á des fins de communication, les lauréats devront systématiquement informer le Comité de pilotage de leurs activités publiques programmées dans le cadre du programme de Chaire, telles que conférences, séminaires, débats d’idées, etc.

Calendrier 2019 :

Les projets devront être envoyés avant le 11 mars 2019, minuit, heure française, aux responsables des relations internationales de l’université d’accueil et au Consulat général de France à Rio de Janeiro :

Pour l’UERJ, Professeur Cristina Russi Guimarães Furtado : assessoria@dci.uerj.br
Pour le Consulat général de France à Rio de Janeiro, Philippe Michelon : philippe.michelon@diplomatie.gouv.fr

Le comité de pilotage informera les candidats des résultats de la sélection avant le 18 mars 2019. Une liste complémentaire sera établie et communiquée aux intéressés qui seront contactés, en cas d’éventuels désistements.
Le comité de pilotage est souverain dans ses décisions et les candidats soumettant un projet reconnaissent avoir pris connaissance et approuvé les conditions du présent appel à candidatures, y compris l’annexe donnant les conditions du séjour au Brésil.

Annexes

Informations sur les conditions de séjour au Brésil

Les lauréats devront disposer de tous les documents administratifs permettant leur séjour au Brésil. Ils devront faire une demande de visa temporaire de type scientifique (VITEM 1) auprès du Consulat général du Brésil en France à Paris, quelle que soit la durée de leur séjour. Il leur revient d’engager ces démarches à leurs frais et avec suffisamment d’anticipation pour être en possession de leur visa avant leur date de départ.

L’enseignant sélectionné doit, dès son arrivée dans le pays d’accueil, obtenir un CPF (Cadastro de Pessoa Física) pour que l’UERJ puisse verser la bourse par ordre de paiement à la Banque Bradesco, au Brésil. Ce numéro, plus ou moins équivalent au numéro de Sécurité Sociale française, peut être obtenu en même temps que le visa, auprès des autorités consulaires brésiliennes en France.

Les lauréats sont responsables de la régularité de leur situation au Brésil. Aussi est-il vivement conseillé de se renseigner en amont du séjour sur les démarches à effectuer auprès du Consulat général du Brésil en France.
Si le séjour implique des activités de terrain, les lauréats devront ABSOLUMENT en discuter avec le professeur responsable de la chaire afin de se prémunir contre toute difficulté administrative éventuelle.

Dans la mesure du possible, le séjour au sein de l’université partenaire sera facilité par la Direction de Coopération Internationale et la Vice-Présidence Recherche


Recrutement d’Alexis Lenoir

Depuis le 3 décembre 2018, le bureau du CNRS de Rio de Janeiro accueille Alexis Lenoir comme Volontaire International chargé du suivi des coopérations au Brésil en remplacement d’Alexandre Vila.

Alexis est ingénieur, diplômé de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) en 2016, spécialisé dans les « Systèmes Urbains » souhaitant répondre aux défis de la ville durable et intelligente d’aujourd’hui et de demain. Durant son cursus, il a réalisé un premier échange au Brésil à l’Universidade Tecnológica Federal do Paraná (UTFPR) à Curitiba en 2015 puis son stage de fin d’étude sur la problématique de la mobilité sur l’Ilha do Fundão (Cidade Universitária) en 2016 au sein de l’Universidade Federal do Rio de Janeiro (UFRJ).

Après deux ans passé à île-de-France Mobilités, autorité organisatrice des transports en Île-de-France, entre 2016 et 2018, Alexis rejoint le bureau du CNRS de Rio espérant ainsi parfaire ses connaissances concernant le monde de la recherche et assurer la coopération entre les différents organismes de recherche français et brésiliens.


Bourses de post-doctorat de la région Vallée de la Loire

La région « Vallée de la Loire » offre des bourses de post-doctorat. Les candidats doivent avoir au minimum 5 années d’expérience dans la recherche après le doctorat. La date limite pour candidater est le 7 février 2019. Toutes les disciplines sont éligibles.

Les détails et le dossier se trouvent sur le portail « Le Studium », organe qui gère ces bourses : http://www.lestudium-ias.com/content/studium-research-fellowship


Session informative – Opportunités ouvertes pour Horizon H2020 au Chili

EURAXESS LAC sera à l’Université de Magallanes à Punta Arenas pour une session informative sur les opportunités que l’Europe offre aux chercheurs le Jeudi 8 Novembre à 15h après la prise de parole de Stella Zervoudaki, ambassadrice de l’Union Européenne.

L’objectif de l’évènement sera de présenter les fonds et les outils de l’UE pour la recherche et l’innovation  (Horizon2020, MSCA, ERC, EURAXESS) pour la communauté chilienne et afin de renforcer les liens entre le Chili et l’UE dans le cadre de H2020.

Seront présents, des représentants du CONICYT, de la Délégation de l’UE, d’EURAXESS LAC et des boursiers de MSCA.

 

 

L’évènement sera en espagnol. Les inscriptions sont obligatoires : bit.ly/infodayChile.


Retour de l’expédition Tara Pacific à Lorient

 

Partie le 28 mai 2016 de Lorient, Tara aura passé 2 années et demi en mer et parcouru plus de 100.000 km pour étudier les récifs coralliens du Pacifique. D’Est en Ouest et du Sud au Nord du Pacifique, cette mission est de loin la plus étendue jamais réalisée sur les récifs coralliens de par son ampleur géographique – à travers 26 pays – et le nombre de prélèvements et mesures effectués.

Marins, scientifiques, artistes et toute l’équipe de la Fondation Tara auront le grand plaisir de vous retrouver à l’arrivée de la goélette pour partager cette extraordinaire aventure scientifique et humaine, le samedi 27 octobre à la Cité de la Voile de Lorient.

Pour fêter ce retour, Lorient Agglomération et la Fondation Tara organisent une fête populaire à terre sur le site de Lorient La Base où les animations débuteront dès 13h30 pour une arrivée du bateau prévue à 16h30.

Pour en savoir plus, merci de cliquer ici.

 

Eric Karsenti le directeur scientifique de la Fondation Tara a récemment sorti un livre intitulé « Aux sources de la vie ». Pour en savoir plus, merci de cliquer ici.


9ème Appel à candidatures pour les Chaires Franco-Brésiliennes de l’Etat de Sao Paulo 2019

Pour la neuvième année consécutive, le Consulat Général de France à São Paulo/Institut Français du Brésil (IFB), l’UNESP, l’UNICAMP et l’USP ont le plaisir de lancer un nouvel appel à candidatures de chaires pour des professeurs ou chercheurs d’établissements de recherche et d’enseignement supérieur français, publics ou privés.

Ces chaires, d’une durée de 45 jours à 2 mois, codirigées par un professeur référent brésilien, constituent une excellente opportunité pour développer et structurer les collaborations entre organismes français et les Universités de l’Etat de São Paulo au travers d’activités de recherche, d’enseignement et de divulgation scientifique. D’autre part, l’obligation de réciprocité, instaurée depuis 2018,  permet d’assurer une continuité dans le temps de l’action de coopération entre les Professeurs/Chercheurs.

Calendrier :

  • Date limite de dépôt de candidatures : 20 Novembre 2018
  • Date de diffusion des résultats : 11 Décembre 2018
  • Période de mobilité : entre Mars et Décembre 2019


Le texte de l’appel à candidatures et les modalités de dépôt des dossiers sont disponibles en français et en portugais aux adresses suivantes:

En français :

https://saopaulo.consulfrance.org/Lancement-de-la-9eme-edition-du-programme-de-Chaires-Franco-Bresiliennes

En portugais :

https://saopaulo.consulfrance.org/Lancamento-do-9o-edital-do-programa-das-Catedras-Franco-Brasileiras-no-Estado


2ème rencontre CCFB-CNRS sur l’innovation scientifique


La commission de l’Energie et la Commission de la recherche, du développement et de l’innovation, de la CCFB de Rio de Janeiro, en partenariat avec le bureau du CNRS Brésil et Cône Sud, ont réalisé, début octobre, au siège de la Chambre de Commerce Franco-Brésilienne, la deuxième rencontre CCFB-CNRS sur l’innovation scientifique. Pour cette seconde édition, le thème de l’Energie et de l’environnement était au centre des recherches et des projets présentés. L’évènement a réuni des chercheurs, des professionnels de la R&D et des représentants des institutions de recherche, qui ont eu l’opportunité d’échanger leurs expériences et de partager leur expertise sur les nouvelles sources d’énergie renouvelable, notamment l’hydrogène.

Isabelle Baraille, Professeur des Universités et Vice-Présidente de la Commission de Recherche a présenté l’Université de Pau (UPPA) et ses laboratoires d’excellence dans les domaines de l’énergie, de l’environnement, de l’évaluation des risques et des sciences sociales. Ces laboratoires profitent de partenariats socio-économiques avec les autorités locales et des industriels comme Total. Hugo Santos Silva, chercheur à l’UPPA, est intervenu pour parler de son travail sur le cycle de vie des asphaltènes, ces structures moléculaires qui impactent négativement la distillation du pétrole brut. Il s’est notamment interrogé sur leur agrégation et la façon d’empêcher l’encrassement qu’ils occasionnent dans les échangeurs de chaleur.

Alain Prinzhofer, de l’Institut de Physique du Globe de Paris, a présenté ses travaux sur l’hydrogène naturel. Cette ressource encore mal comprise pourrait devenir une source potentielle d’énergie durable. En complément, le Professeur Paulo Emilio V. de Miranda, du Laboratoire de l’Hydrogène, Programmes d’Ingénierie des Transports et de l’Ingénierie des Matériaux à la COPPE/UFRJ a partagé son expérience de l’étude des applications de l’hydrogène et du développement des technologies pour un transport durable. Il a notamment parlé de sa participation à la construction d’un bus hybride fonctionnant à l’hydrogène et à l’électricité.

Gwenaël Abril, directeur de recherche au CNRS travaille avec le Musée D’Histoire Naturelle de France au Brésil. Il a exposé ses recherches sur les écosystèmes aquatiques et l’effet de serre au Brésil. Il s’intéresse notamment à la vulnérabilité des écosystèmes littoraux tropicaux de Rio de Janeiro face à l’eutrophisation. Il utilise des mollusques bivalves pour faire du bio-monitoring et a développé un projet de science participative.

En matière de dispositifs innovants de surveillance environnementale, Jean-Charles Massabuau, chercheur au CNRS, a présenté son initiative développée en partenariat avec le groupe industriel Total en France : le projet MolluScanEye. Il s’agit d’un projet de valvométrie non-invasive pour surveiller la qualité de l’eau à distance. En plaçant des électrodes détectant le mouvement de coquilles de bivalves, des données sont recueillies et analysées pour évaluer l’état de santé de ces mollusques. Cet état de santé étant directement lié à la qualité de l’environnement aquatique, cela permet de détecter d’éventuelles pollutions. Ce projet fait partie des finalistes du concours « Best Innovators » réalisé par Total.


No widget added yet.