Lancement de l’Appel à Projet 2019 pour les IEA

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie internationale, le CNRS lance l’appel à projet 2019 pour les International Emerging Actions (IEA).

Les International Emerging Actions sont des projets « PI-to-PI » dont la finalité est l’exploration de nouveaux champs de recherche et de nouveaux partenariats à l’international par : des missions de courte durée, l’organisation de réunions de travail, l’initiation de premiers travaux de recherche en commun autour d’un projet scientifique partagé. Ces actions ont une durée de 2 ans et ne nécessite pas de pré-requis en termes d’antériorité de collaboration.

La date de clôture de l’appel est : 17 septembre 2019.

Plus d’informations sur le site du CNRS


« Swing the Brain » – 05 et 07 juin 2019

Dans le cadre des 80 ans du CNRS, le bureau de Rio – en partenariat avec l’Institut Français du Brésil, l’Institut Moreira Salles de São Paulo et le Museu do Amanhã de Rio de Janeiro – a organisé la venue d’Emmanuel Bigand, professeur en psychologie cognitive et directeur du laboratoire LEAD au CNRS, et de son quatuor à corde français, le Rolling String Quartet (composé d’Emmanuel Bigand, Steve Duong, Jean-Christophe Haller et Marguerite Dehors) pour la représentation de leur spectacle « Swing the Brain » entre le 3 et le 9 juin 2019.  Ce spectacle propose, pendant deux heures, un panorama des différents effets de la musique sur notre humeur, nos émotions, nos capacités d’apprentissage ou de mémorisation, illustré par un répertoire varié incluant Mickael Jackson, les Rolling Stones, Daft Punk ou encore Anton Webern.

Présentation « Swing the Brain »

La conférence-concert « Swing the Brain » est un parfait mélange entre une conférence assurée par Emmanuel Bigand, professeur en psychologie cognitive et directeur du laboratoire LEAD au CNRS et des parties de concert assurées par le Rolling String Quartet composé d’Emmanuel Bigand (Violoncelle), Steve Duong (1er violon), Marguerite Dehors (2eme violon) et Jean-Christophe Haller (Alto). En plus de ces parties de concert permettant d’illustrer les démonstrations réalisées par Emmanuel Bigand, le Rolling String Quartet s’adonne également à différentes interactions avec le public (percussions, test d’anticipation de la musique etc…) lui permettant de prendre entièrement part au spectacle.

La représentation se déroule en actes autour de trois problématiques distinctes :

Acte 1 Acte 2 Acte 3
Que se passe-t-il dans notre cerveau quand nous écoutons de la musique ? Pourquoi les humains jouent-ils de la musique ? Est-ce que la musique « transforme » notre cerveau ?

La dimension scientifique de la conférence permet de répondre à ces questions tout présentant un argumentaire musical via les morceaux de musique joués et les différentes interactions avec le public. Les bienfaits de la musique sur des patients atteint de maladies tel que Alzheimer ou Parkinson, sur des élèves en échec scolaire ou encore sur les nourrissons ont ainsi pu être développés.

Cette conférence a également permis de montrer la capacité de notre cerveau à anticiper la musique ou à simplifier des morceaux dit « compliqués » en des morceaux plus simples : travail qui est d’ailleurs présenté comme des mathématiques musicales. La musique, au même titre que les mathématiques, permet de stimuler notre cerveau et d’améliorer son fonctionnement au cours de notre vie.

La musique dispose également de la capacité de jouer sur nos émotions, une même musique jouée avec des rythmiques et tonalités différentes permet de modifier complétement la réaction qu’elle suscitera chez l’auditeur. Les exemples des rhapsodies tsiganes illustrent parfaitement cet exemple puisque les changements de rythmes et d’ambiance incessants nous transportent d’une émotion à une autre au fil de la musique.

C’est au travers de ces différents exemples scientifiques et musicaux qu’Emmanuel Bigand et le Rolling String Quartet nous font voyager dans les méandres du cerveau humain.

L’événement à São Paulo – 05/06/2019

Les musiciens sont arrivés le 3 juin 2019 au soir à São Paulo. Ils ont alors pu rejoindre leur hôtel à proximité de l’Institut Moreira Salles (IMS) – où s’est déroulé la représentation du 5 juin.

La matinée du 4 juin était consacré au montage de la scène, aux premières répétitions et aux derniers réglages de la présentation. Cela a également été l’occasion pour les musiciens de rencontrer la chargée de coopération scientifique du consulat de São Paulo : Alexia Gobretch et la volontaire internationale attachée : Samantha Isaia, partenaires de la réalisation de cet événement à São Paulo tout comme l’IMS, où s’est déroulé la représentation.

Répétitions à L’IMS de São Paulo

L’après-midi du 4 juin était consacré à une visite du lycée français de São Paulo : le lycée Pasteur. Une présentation allégée du spectacle, d’environ une heure, a ainsi pu être réalisée devant trois classes de CM2 de l’école avec des enfants intéressés prenant part avec plaisir à cette activité. Un temps d’échange a ensuite été réalisé entre le quatuor et les enfants à la fin de la présentation.

Représentation allégée du spectacle « Swing the Brain » devant les enfants du lycée Pasteur

La matinée du 5 juin se tenait l’événement officiel « Swing the Brain » au sein de l’IMS de São Paulo à 11 heures. Après une nouvelle répétition entre 9 et 11 heures, les musiciens sont entrés sur scène pour le plus grand bonheur du public, venu nombreux pour assister à la représentation.

 L’événement à Rio de Janeiro – 07/06/2019

Le 6 juin, les musiciens sont arrivés sur Rio de Janeiro pour la représentation du lendemain à l’Auditorium du Museu do Amanhã. Cet événement a été organisé par le bureau du CNRS de Rio de Janeiro en partenariat avec le Museu do Amanhã et l’Institut Français du Brésil.

Le 7 juin les musiciens sont arrivés à 9 heures au Museu pour une répétition et afin réaliser les derniers réglages. Après cette préparation, la représentation officielle a pu débuter à 11 heures pour deux heures de spectacle. Le public était une nouvelle fois venu nombreux pour y assister. La représentation était accompagnée d’une traductrice en langue des signes puisque deux personnes sourdes ont assisté à cette représentation.

Public présent à la représentation du spectacle « Swing the Brain » au Museu do Amanhã

À 14h30, un spectacle d’une heure s’est tenu dans un espace dédié au jeune public du Museu do Amanhã. Une trentaine d’enfants et d’adolescents, très attentifs et intéressés, ont pu assister au spectacle. Ils ont ensuite bénéficier d’un moment d’échange avec les musiciens lors duquel ils ont pu leur poser diverses questions.

Spectacle pour le jeune public du Museu do Amanhã

La journée du 7 juin s’est terminé au sein de la Bibliomaison du consulat de France de Rio de Janeiro avec une représentation allégée à 19 heures, suivi d’un petit cocktail, pour les personnes n’ayant pas pu assister à la représentation officielle dans la journée. Cet événement a réuni près de 70 personnes.

Swing the Brain à la Bibliomaison du consulat de France de Rio de Janeiro

Conclusion

L’événement « Swing the Brain » a été une réussite à São Paulo et Rio de Janeiro faisant profiter à un public divers et varié, d’un parfait mélange de science et de musique pour répondre aux questionnements que ces thèmes soulèvent. Cet événement aura également été une belle opportunité pour le CNRS de diffuser les travaux de ses chercheurs à un large public et de montrer les applications qu’il est possible d’appliquer dans la vie de tous les jours au travers de la musique.

 

Partenaires du projet « Swing the Brain » à São Paulo et Rio de Janeiro   


Événement « Swing the Brain » dans le cadre des 80 ans du CNRS

Dans le cadre des 80 ans du CNRS, le bureau de Rio – en partenariat avec l’Institut Français du Brésil, l’Institut Moreira Salles de São Paulo et le Museu do Amanhã de Rio de Janeiro – a organisé la venue d’Emmanuel Bigand, professeur en psychologie cognitive et directeur du laboratoire LEAD au CNRS, et de son quatuor à corde français Rolling String Quartet (composé d’Emmanuel Bigand, Steve Duong, Jean-Christophe Haller et Marguerite Dehors) pour la représentation de leur spectacle « Swing the Brain ».  Cet spectacle propose un panorama des différents effets de la musique sur notre humeur, nos émotions, nos capacités d’apprentissage ou de mémorisation, illustré par un répertoire varié incluant Mickael Jackson, les Rolling Stones, Daft Punk ou encore Anton Webern.

Deux représentations seront assurées :

  • Une première à São Paulo le 05/06/2019 à 11 heures à l’Institut Moreira Salles (plus d’informations sur le site de l’IMS)
  • Une deuxième à Rio de Janeiro le 07/06/2019 à 11 heures au Museu do Amanhã (plus d’informations sur le site du Museu do Amanhã)

Les 80 ans du CNRS à Santiago du Chili – Réunions du Réseau CNRS d’Amérique du Sud

Dans le cadre des 80 ans du CNRS, le bureau du CNRS de Rio a lancé l’initiative d’organiser un événement regroupant les acteurs majeurs de la coopération du CNRS en Amérique du Sud pour mettre en avant la coopération sud-américaine et appuyer les futures collaborations entre le CNRS et les institutions sud-américaines. Grâce à l’appui d’un comité d’organisation informel, cet événement a pu être organisé les 8, 9 et 10 mai 2019 à Santiago du Chili et a réuni de nombreux chercheurs et institutionnels sud-américains. Une délégation du CNRS composée de : Alain Schuhl, Directeur général délégué à la science, Patrick Nédellec, directeur de la DERCI (Direction de l’Europe de la recherche et de la coopération internationale), Jean Thèves, Adjoint au Directeur de la DERCI : Amériques, Océanie, Antonia Alcaraz, Chargé de coopération Amérique Latine, s’est déplacée pour participer à cet événement.

1/     L’événement « Le CNRS en Amérique du Sud »

Organisé dans le cadre des 80 ans du CNRS, l’événement a été présenté sous le nom « Le CNRS en Amérique du Sud : une histoire d’intégration pour aborder les défis du futur ». Il a permis de réunir des chercheurs et représentants institutionnels partageant des activités scientifiques avec le CNRS. L’événement s’est étendu sur 3 jours. Une première journée institutionnelle avec des conférences plénières ouvertes à tous mettant en avant les progrès et les enjeux sur des thématiques emblématiques telles que le climat et le biodiversité, l’astronomie, les sciences des données etc.. Deux autres journées consacrées à des tables rondes sur des thématiques transversales comme les enjeux de la diffusion scientifique, les partenariats public-privés, les sciences de données ou le climat-eau-biodiversité.

Le programme complet des journées est disponible ici

2/     La journée institutionnelle (08/05)

La première journée était une journée institutionnelle ouvert à tous se tenant au sein de la salle de l’ex Congrès de Santiago. La matinée était consacrée à différentes conférences plénières réalisées par des experts dans leur domaine :

  • Guy Perrin et Mónica Rubio – Astronomie Observationnelle
  • Hervé Le Treut et Michelle Klautau – Sciences du Climat, Eau, Biodiversité
  • Servet Martínez et Nayat Sanchez-Pi – Science des données

 

La deuxième partie de la journée débutait à 14h et était consacrée à la cérémonie officielle avec les discours d’Alain Schuhl, Directeur général délégué à la science du CNRS, Roland Dubertrand, Ambassadeur de France au Chili, Ennio Vivaldi Véjar, Recteur de l’Université du Chili (UChile), et Ignacio Sánchez Díaz, Recteur de l’Université Catholique du Chili (PUC). Chacun d’entre eux a pu présenter les liens importants existants entre le CNRS et l’Amérique du Sud et l’intérêt de maintenir et renforcer ces collaborations.

De gauche à droite : Ignacio Sánchez Díaz, Recteur de l’Université Catholique du Chili (PUC), Roland Dubertrand, Ambassadeur de France au Chili, Alain Schuhl, Directeur général délégué à la science du CNRS, Ennio Vivaldi Véjar, Recteur de l’Université du Chili (UChile) et Patrick Nédellec, Directeur de la DERCI

Cette cérémonie a également été l’occasion de signer le renouvellement de deux UMI (Unité Mixte Internationale) et un LIA (Laboratoire International Associé) en présence des recteurs des deux principales universités du Chili, la PUC et la UChile :

  • UMI EBEA (Evolutionary Biology and Ecology of Algae)
  • UMI LFCA (Laboratoire Franco-chilien pour l’Astronomie)
  • LIA ANDES (Translation of hanta viruses defining a therapeutic target)

La deuxième partie de l’après-midi était consacrée à une présentation de l’histoire des relations franco-chiliennes par Rafael Correa, Recteur de l’Université O’Higgins, une présentation des activités du CNRS à l’international et des nouveaux outils mis en place par la DERCI pour renforcer la présence internationale du CNRS et une présentation plus générale sur l’Archéologie du désert d’Atacama (13 000 BP – Aujourd’hui) par Lautaro Nuñez, professeur à l’Université Catholique du Nord (UCN).

Présentation du CNRS à l’international par Patrick Nédellec, directeur de la DERCI.

3/     Les tables rondes

Les journées des 9 et 10 mais ont été l’occasion d’organiser des tables rondes sur différents thèmes transversaux réunissant des intervenant experts dans ces domaines et permettant également d’échanger avec le public présent sur place. Ces tables rondes ont été une réussite drainant un public nombreux et intéressé par les problématiques soulevées. La journée du 9 mai s’est déroulée au sein de l’Université Pontificale du Chili (PUC) et la journée du 10 mai au sein de l’Université du Chili.

Diffusion de la Science : les défis de la diffusion scientifique (09/05)

L’objectif de cette table ronde était de présenter comment mieux partager les résultats de recherche avec le grand public et favoriser le développement de la culture scientifique notamment par le biais d’exemples de ce qui est aujourd’hui fait au Chili, Brésil et dans le monde entier en termes de diffusion scientifique. Les intervenants ayant participés sont : Nelida Pohl (Présidente ACHIPEC), Marcio Portes de Albuquerque (CPBF, Rio de Janeiro), Sebastian Escobar (UC – Fundació Ciencia Ciudadana), Hugo Aguilaniu (Fondation Serrapilheira), la LIGA (groupe de diffusion scientifique de la PUC).

Moment d’échange entre les intervenants de la table ronde « Diffusion de la Science » et le public présent

Défi en sciences des données : du fondamental aux applications (09/05)

À l’occasion de cette table ronde des spécialistes provenant des mathématiques, de l’informatique et du big data ont pu se réunir pour parler de l’analyse des données produites dans différents domaines et par différents acteurs ainsi que des programmes concrets de travail multidisciplinaires. Des échanges ont ainsi pu avoir lieu afin de mettre en avant les défis actuels et futurs associés aux sciences des données et à leur analyse. Les intervenants étaient : Felipe Tobar (CMM – U. Chile & UMI CNRS Santiago), Roberto Imbuzeiro (IMPA – UMI CNRS Rio), Marcelo Arenas (Instituto Milenio Fundamentos de los Datos – P. Universidad Católica & U. Chile), Jaime Campos (Géophysique U. Chile & LIA CNRS Santiago), Ezequiel Treiste (Astronomie P. Universidad Católica & UMI CNRS Santiago).

Présentation de Jaime Campos (Géophysique U. Chile & LIA CNRS Santiago) sur l’utilisation des données en sismologie

Climat – Eau – Biodiversité (09/05)

Cette table ronde a abordé quelques-uns des domaines de recherche développés autour des sciences du climat et de ses impacts sur la biodiversité. Elle a également permis d’enclencher des réflexions autour des thématiques qui seront abordées lors de la COP 25 qui se tiendra au Chili en novembre 2019. Parmi les intervenants : Hervé Le Treut (IPSL, Paris), Fabrice Lambert (PUC, Chili), Patricio Moreno (UdeC, Chili), Mailyn Adriana Gonzalez (IIRB, Univ. Bogota, Colombie), Sylvain Faugeron (UMI EBEA, PUC, Chili), Martine Hossaert (CNRS INEE – Paris).

Intervention d’Hervé Le Treut dans la table ronde

Sciences interdisciplinaires des données et du climat (10/05)

À travers les présentations et échanges de cette table ronde, une réflexion autour des problèmes qui se situent au carrefour de la science des données et des défis actuels dans les études du climat et de ses impacts a pu être menée. La présentation de différents exemple concrets (Fondation Tara Pacific, Decision Analysis etc.) a permis de mieux comprendre les enjeux et les défis futurs dans ces domaines transverses. Les intervenants étaient : Denisse Sciamarella (UMI IFAECI, Université de Buenos Aires), Axel Osses (CMM – U. Chile & UMI CNRS Santiago), Samuel Chaffron (U. Nantes & Fédération CNRS GO-SEE).

Présentation de Samuel Chaffron (U. Nantes & Fédération CNRS GO-SEE)

Recherche publique / recherche privée (10/05)

À partir d’exemples de collaborations entre le secteur privé et la recherche publique, cette table ronde a permis d’évaluer les opportunités et enjeux de ce type de collaboration et de voir comment intégrer les coopérations internationales dans un contexte contractuel entre une entreprise et une équipe de chercheurs. Les intervenants étaient : Jaqueline Saad (Chambre de Commerce France-Brésil), Alejandro Jofré (CMM – U. Chile & UMI CNRS Santiago), Rafael Palacios (Hub – SOFOFA), Eduardo Bitrán (Club de la Innovación & U. Adolfo Ibáñez).

Présentation des actions menées par la chambre de commerce France-Brésil en 2018 par Jaqueline Saad

4/     La rencontre UMIs – LIAs

La dernière demi-journée du 10/05 a été l’occasion de réunir tous les acteurs de la coopération structurée du CNRS en Amérique du Sud présents lors de cet événement : responsables de LIA (Laboratoire International Associé) et d’UMI (Unité Mixte Internationale). Ce temps d’échange a tout d’abord permis de réaliser un rappel des collaborations existantes entre le CNRS et l’Amérique du Sud et de conforter l’intérêt de tels liens.

Une présentation informelle a été réalisée par le directeur du bureau du CNRS de Rio, Olivier Fudym, concernant les nouveaux outils mis en place par la DERCI et les objectifs dans le cadre de l’évolution de la stratégie internationale du CNRS. Cette réunion a également été l’occasion de mettre en avant les défis futurs pour le réseau du CNRS en Amérique du Sud : augmenter la visibilité du CNRS sur le territoire, renforcer la proximité du réseau, améliorer les relations avec les instances institutionnelles etc… et de discuter des leviers d’action possibles notamment par la création d’un « réseau du CNRS en Amérique du Sud ».

Réunion UMIs – LIAs avec les principaux acteurs de la coopération CNRS – Amérique du Sud

5/     Les visites des UMIs

En parallèle avec les événements organisés pour les 80 ans du CNRS, ce rendez-vous à Santiago a aussi été l’occasion pour la délégation du CNRS de visiter deux UMIs présentes sur place : l’UMI EBEA et l’UMI CMM.

UMI EBEA

L’UMI-EBEA est basée à la Station Biologique de Roscoff avec des sites miroir dans les deux universités chiliennes partenaires (PUC et l’Université Australe du Chili). Elle a été créée en janvier 2014 afin de renforcer les collaborations scientifiques, initiées dès 1997 en écologie et génétique évolutive des organismes marins entre la France et le Chili. Des côtes bretonnes aux rivages chiliens, l’objectif de l’UMI est de documenter la biodiversité des micro- et macro-algues marines et de s’intéresser à la généralité des processus évolutifs en comparant des espèces dans des écosystèmes similaires mais ayant des histoires évolutives différentes. Il s’agit de comprendre les contraintes écologiques et évolutives de leur adaptation, à travers leurs modes de reproduction, leur structure génétique, les processus de spéciation tout en tenant compte de l’influence de l’environnement et des activités humaines, notamment dans le contexte de la domestication des algues.

La délégation a ainsi pu assister à une présentation de l’UMI réalisée par les deux responsables : Myriam Valero et Sylvain Faugeron et visiter les laboratoires dans lesquels sont effectués les tests, conservés les échantillons etc… Cela a permis de mieux comprendre les missions réalisées par cette UMI et l’importance de maintenir une telle coopération entre le CNRS et les Universités chiliennes impliquées. Cela aura également été l’occasion de présenter le livre « Alicia y el bosque de algas », réalisé par les membres de l’UMI et inauguré le 2 mai au sein de l’Institut Français du Chili.

Présentation de l’UMI EBEA et visite des laboratoires par la délégation du CNRS

UMI CMM

L’UMI CMM a été créée en 2000. C’est la plus ancienne UMI portée par l’INSMI. Cette initiative a structuré significativement les relations entre les chercheurs français et chiliens en mathématiques

Le CMM est un laboratoire essentiellement axé sur les mathématiques appliquées, avec une activité théorique très variée et reconnue internationalement ainsi qu’un très large spectre d’applications, en lien direct avec les besoins de la société et de l’industrie du pays et de la région. Les recherches théoriques menées au CMM contribuent d’ailleurs à irriguer de nombreux centres de recherche et plateformes technologiques (centres FONDAP, INRIA-Chile). Il est l’unique centre d’excellence « basal program» de la CONICYT en mathématiques (équivalent d’un Labex français).

Son ouverture vers des secteurs applicatifs favorise grandement le développement d’activités pluridisciplinaires, ce dont témoigne d’ailleurs le fait que l’INSIS et l’INS2I en soient des instituts de rattachement secondaires, et que cinquante des membres associés au CMM ne soient pas mathématiciens.

La délégation a pu assister à une présentation des activités de l’UMI donnée par Alejandro Maass, directeur du CMM ainsi que d’une présentation de Claudio Landim, directeur de l’UMI Jean Christophe Yoccoz au Brésil, une autre UMI consacrée aux mathématiques. La délégation a ensuite pu visiter les locaux de l’UMI CMM qui se trouvent sur 3 étages à la faculté de sciences physiques et mathématiques de l’université du Chili.

Visite de l’UMI CMM

6/     La rencontre avec le Ministre de la Science du Chili

En préparation de la COP 25 qui se tiendra au Chili en novembre 2019 une rencontre a été réalisée entre Andrés Couve, ministre de la science au Chili depuis 2018, Alain Schuhl, directeur général délégué à la science du CNRS et Hervé Le Treut, climatologue et professeur à l’université Pierre et Marie Curie dans l’après-midi du 8 mai.

Rencontre entre André Couve, Ministre de la Science au Chili, Alain Schuhl, Directeur général délégué à la science du CNRS, Patrick Nédellec, Directeur de la DERCI et Hervé Le Treut.


Bourses d’exonération partielle « Bienvenue en France »

Dans le cadre des nouvelles mesures d’attractivité « Bienvenue en France », l’Ambassade de France au Brésil offre pour la rentrée universitaire 2019/2020 plus de 60 bourses d’exonération partielle pour des étudiants brésiliens ou non-européens résidents au Brésil.

L’appel à candidatures pour les bourses « Bienvenue en France », sera ouvert jusqu’au 9 juin inclus. Toutes les informations sont détaillés – en portugais – sur le lien ci-dessous.

https://www.bresil.campusfrance.org/pt-br/chamadas-abertas-para-as-bolsas-de-estudos-bienvenue-en-france

Les candidats, qui devront être acceptés par les universités françaises, seront notifiés individuellement à partir du début du mois de juillet, à travers la plateforme « Etudes en France ».

 


Université Paris-Saclay – Programme de bourses internationales de master

L’Université Paris-Saclay, pôle majeur de formation, de recherche et d’innovation en Europe regroupant 14 établissements (3 universités, 4 grandes écoles et 7 organismes de recherche) offre pour l’année académique 2019-2020, 120 bourses d’études aux étudiants internationaux d’un excellent niveau académique qui seront admis dans un de ses 464 programmes de masters.

Les bourses sont attribuées sur des critères d’excellence académique et s’élèvent à 10 000€ par an (plus une indemnité de transport). Elles sont attribuées pour 1 ou 2 ans en fonction du niveau d’admission.

Les lauréats bénéficient d’un accompagnement personnalisé avant leur arrivée en France et tout au long de leurs études.

Comment candidater ?

Les étudiants doivent au préalable candidater en ligne à un des masters de l’Université Paris-Saclay, toutes disciplines confondues. Des masters en anglais et des masters partiellement en anglais sont également proposés. Les étudiants retenus pour candidater à une bourse recevront un e-mail les invitant à compléter un dossier de candidature.

Date limite de candidature : 13 mai 2019.

N’hésitez pas à consulter la note de cadrage sur le programme de bourses pour plus d’informations.


International Union of Pure and Applied Chemistry (IUPAC) – 100 ans

L’International Union of Pure and Applied Chemistry (IUPAC) soufflera ses 100 bougies sous le haut patronage d’Emmanuel Macron et fédérera les chimistes académiques et industriels du monde entier lors du Congrès qui se déroulera à Paris du 5 au 12 juillet 2019. Le CNRS est partenaire.

L’Union a été fondée par des chimistes académiques et industriels pour établir un pont entre ces deux communautés. L’IUPAC est reconnue comme l’autorité mondiale en nomenclature chimique, terminologie, méthodes normalisées pour la mesure, et beaucoup d’autres données évaluées de manière critique.

Chimie du vivant, chimie pour l’énergie, chimie pour l’environnement, entre autres domaines, seront des axes qui mettront en avant un panel complet des dernières avancées de la discipline.

Des Prix Nobel et scientifiques du secteur de l’industrie ou de la recherche internationalement reconnus interviendront.

Le programme est accessible ici : https://www.iupac2019.org/scientific-programme

L’IUPAC souhaite mobiliser plus la communauté internationale et a reporté la date de soumission d’abstract.

La date limite de soumission d’abstract a été repoussée pour laisser plus de temps à tous pour s’inscrire : 21 avril 2018 (www.iupac2019.org).


Campus France lance deux nouveaux programmes de mobilité

Les programmes « Devenir Etudiant en France » et « French+Science » sont développés par l’agence nationale Campus France, en ingénierie de formation avec des centres de langues reconnus, des centres de recherche et des universités.

  • Le programme « Devenir Etudiant en France » est un cours préparatoire pour des nouveaux étudiants en France, une période d’adaptation aux rythmes et pratiques académiques françaises. (40h d’étude de langue française + modules de méthodologie universitaire + modules pratiques – ex :le système de sécurité social en France… + activités culturelles) Plus de détail sur : https://www.bresil.campusfrance.org/pt-br/curso-preparatorio-devenir-etudiant-en-france
  • Le programme « French+Science »  s’adresse à un public plus avancé dans ses pratiques académiques (de Master jusqu’à postdoc, voire chercheur en activité) et promet une immersion scientifique disciplinaire. Essentiellement développé en anglais, le programme intègre quelques heures d’apprentissage du français. Plus de détail sur : https://www.bresil.campusfrance.org/pt-br/french-sciences

Un appel pour les « écoles d’été » est également actuellement diffusé : https://www.bresil.campusfrance.org/pt-br/escolas-de-verao-franca-excelencia-edital-oferece-passagens-aereas-para-cursos-de-curta-duracao


Rencontre CNRS – FAPERJ

De gauche à droite : Olivier Fudym (Directeur du bureau du CNRS à Rio), Alexis Lenoir (Chargé de coopération CNRS Rio), Jerson Lima (Président de la FAPERJ), Vania Paschoalin (conseillère du président de la FAPERJ), Filippo Scelza (Sous-secrétaire de la coopération avec le secteur Technologie et Innovation du Secrétariat d’Etat de la Science, Technologie et Innovation)

Le directeur du bureau de Rio du CNRS – Centre National de Recherche Scientifique – Olivier Fudym, a rencontré ce mercredi 30 janvier le président de la FAPERJ, Jerson Lima. La réunion a eu lieu au siège de la fondation et avait pour objectif de consolider les collaborations entre la FAPERJ et le CNRS en discutant de la possibilité de nouvelles coopérations entre les chercheurs français et ceux de l’Etat de Rio. Cette réunion avait également pour objectif de valoriser les coopérations « individuelles » qui existent déjà entre des chercheurs des deux pays comme, par exemple, dans le cadre des programme de la FAPERJ comme : Cientista do Nosso Estado, Jovem Cientista do Nosso Estado, Institutos Nacionais de Ciência e Tecnologia (INCT), Doutorado Sanduíche e Doutorado Sanduíche Reverso etc. D’un autre côté, ont été discuté les préparatifs d’un accord de coopération entre les deux agences ayant pour but d’améliorer et d’augmenter les possibilités de coopérations non seulement entre les institutions d’enseignement et de recherche des deux pays mais qui encourage également la recherche de partenariats avec le secteur privé. Étaient présents à cette rencontre en plus des deux directeur et président : Alexis Lenoir, chargé de coopération pour le bureau du CNRS à Rio, Filippo Scezla, sous-secrétaire de la coopération avec le secteur Technologie et Innovation du Secrétariat d’Etat de la Science, Technologie et Innovation, Felipe Sampaio, super-intendant du sous-secrétariat de la coopération avec le secteur Technologie et Innovation et Vania Paschoalin et Caio Meira, conseillers du président de la FAPERJ.


Chaire d’accueil Française à l’UERJ

PROGRAMME 2019

https://www.parisnanterre.fr/medias/photo/chaire-uerj_1547111519716-jpg

« CHAIRE FRANCAISE A L’UERJ »

L’Université de l’Etat de Rio de Janeiro (UERJ) en partenariat avec le Consulat général de France à Rio lancent l’appel 2019 du programme de chaires d’accueil de professeurs ou chercheurs d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche français à Rio de Janeiro.

Modalités générales :

Ce programme permet l’accueil de professeurs ou chercheurs d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche français pour une durée pouvant être, au choix, de 6 mois ou d’une année. Globalement, ce sont ainsi 36 (trente-six) mois de bourses qui sont disponibles.

Les lauréats recevront une bourse mensuelle de l’université partenaire (d’un montant égal 6900 Reais mensuel) ; l’Ambassade de France prendra à sa charge le billet d’avion aller-retour en classe économique avec 2 bagages enregistrés en soute. Toutes les disciplines sont éligibles.

Conditions d’éligibilité : être Professeur des Universités, Maître de conférences, Chargé de recherche ou Directeur de recherche. L’habilitation à diriger des recherches (HDR) sera considérée comme un critère préférentiel. Il n’y a pas de condition de nationalité française.

Les projets déposés pourront être rédigés en français, portugais ou anglais.
Le comité de pilotage franco-brésilien mis en place dans le cadre de ce programme assure la sélection des lauréats ainsi que le suivi et l’évaluation des chaires en place.

Modalités pratiques :

1/ Le projet

Les candidats devront soumettre un projet élaboré en partenariat avec un professeur de l’université d’accueil (professeur « référent », responsable du projet et de la chaire) décrivant les activités d’enseignement et de recherche prévues et précisant les dates envisagées pour le séjour au Brésil. Le projet devra obligatoirement comporter une ou plusieurs conférences « grand public » ou une activité de vulgarisation scientifique ainsi que la production d’articles, ouvrages ou de toute autre publication reconnue par les critères habituels d’évaluation de la recherche. Le Consulat général de France à Rio pourra notamment solliciter le professeur invité pour intervenir dans le cadre de sa programmation scientifique. La présentation du projet devra être synthétique (moins de 5 pages).

Toutes les candidatures seront examinées par Vice-Présidence à la Recherche de l’UERJ conjointement avec la Direction des Relations Internationales de l’UERJ.

Les pièces suivantes devront être jointes au dossier :

– Une mention explicite de la durée souhaitée (six mois ou un an)
– Projet
– CV du Professeur visitant, copie de son passeport,
– Résumé du CV « Lattes » du professeur référent au Brésil,
– Avis du Conseil de département de l’Université d’accueil.

2/ Le professeur responsable de la chaire

Le projet sera présenté par le professeur référent au Conseil de département pour avis. Le professeur référent, responsable de la chaire, s’engage à participer au programme défini conjointement et à assurer les conditions d’accueil en fonction du programme de travail défini.

Le comité de pilotage appelle l’attention des candidats sur l’importance d’élaborer le projet de la manière la plus concertée possible entre le professeur visitant et le professeur référent, en particulier pour le choix des dates du séjour, les besoins de logistique en fonction de la nature et des ambitions du projet, et la mobilisation des ressources disponibles en termes de communications ou de valorisation des activités conduites.

Pendant la durée de son séjour au Brésil, toute demande du professeur étranger est sous la responsabilité de l’enseignant-référent. La Direction de Coopération Internationale de l’UERJ et le DEPESQ/SR2 sont responsables du versement de la bourse.

3/ Le choix des dates

Les séjours devront démarrer à partir du 1er avril 2019. Exceptionnellement, les dates figurant dans le projet pourront être modifiées, dans la limite de la période citée sur l’année 2019. Les lauréats qui souhaiteraient reporter leur venue à l’année suivante se verraient perdre automatiquement le bénéfice de la sélection.

Le comité de pilotage attire l’attention des candidats sur les dates de séjour : elles doivent être choisies en accord avec le professeur référent en fonction du calendrier brésilien et en accord avec ses engagements propres au sein de son établissement de rattachement.

4/ Les obligations du lauréat

Il appartient au candidat d’organiser de manière autonome son hébergement à Rio de Janeiro y compris sur les questions d’assurance santé.

Dans un délai d’un mois à l’issue de leur séjour, les lauréats devront remettre un rapport d’activité aux parties françaises et brésiliennes. Dans le cas où ce rapport ne serait pas remis, le professeur référent se verra interdit de participer à un type quelconque d’action menée par la Vice-Présidence de la Recherche ou la Direction de la Coopération internationale.
Á des fins de communication, les lauréats devront systématiquement informer le Comité de pilotage de leurs activités publiques programmées dans le cadre du programme de Chaire, telles que conférences, séminaires, débats d’idées, etc.

Calendrier 2019 :

Les projets devront être envoyés avant le 11 mars 2019, minuit, heure française, aux responsables des relations internationales de l’université d’accueil et au Consulat général de France à Rio de Janeiro :

Pour l’UERJ, Professeur Cristina Russi Guimarães Furtado : assessoria@dci.uerj.br
Pour le Consulat général de France à Rio de Janeiro, Philippe Michelon : philippe.michelon@diplomatie.gouv.fr

Le comité de pilotage informera les candidats des résultats de la sélection avant le 18 mars 2019. Une liste complémentaire sera établie et communiquée aux intéressés qui seront contactés, en cas d’éventuels désistements.
Le comité de pilotage est souverain dans ses décisions et les candidats soumettant un projet reconnaissent avoir pris connaissance et approuvé les conditions du présent appel à candidatures, y compris l’annexe donnant les conditions du séjour au Brésil.

Annexes

Informations sur les conditions de séjour au Brésil

Les lauréats devront disposer de tous les documents administratifs permettant leur séjour au Brésil. Ils devront faire une demande de visa temporaire de type scientifique (VITEM 1) auprès du Consulat général du Brésil en France à Paris, quelle que soit la durée de leur séjour. Il leur revient d’engager ces démarches à leurs frais et avec suffisamment d’anticipation pour être en possession de leur visa avant leur date de départ.

L’enseignant sélectionné doit, dès son arrivée dans le pays d’accueil, obtenir un CPF (Cadastro de Pessoa Física) pour que l’UERJ puisse verser la bourse par ordre de paiement à la Banque Bradesco, au Brésil. Ce numéro, plus ou moins équivalent au numéro de Sécurité Sociale française, peut être obtenu en même temps que le visa, auprès des autorités consulaires brésiliennes en France.

Les lauréats sont responsables de la régularité de leur situation au Brésil. Aussi est-il vivement conseillé de se renseigner en amont du séjour sur les démarches à effectuer auprès du Consulat général du Brésil en France.
Si le séjour implique des activités de terrain, les lauréats devront ABSOLUMENT en discuter avec le professeur responsable de la chaire afin de se prémunir contre toute difficulté administrative éventuelle.

Dans la mesure du possible, le séjour au sein de l’université partenaire sera facilité par la Direction de Coopération Internationale et la Vice-Présidence Recherche


No widget added yet.