Conférences en nanotechnologie appliquée à Portviejo (Equateur)

Au cours de la dernière décennie, les nouvelles tendances concernent la capacité à fabriquer, caractériser et manipuler des structures artificielles, dont les caractéristiques sont contrôlées au niveau du nanomètre. Elles englobent des domaines de recherche aussi divers que l’ingénierie, la physique, la chimie, la science des matériaux et la biologie moléculaire. La recherche dans cette direction a été déclenchée par la disponibilité récente d’instruments et d’approches révolutionnaires qui permettent d’étudier les propriétés des matériaux avec une résolution proche du niveau atomique. Les études pionnières qui ont révélé de nouvelles propriétés physiques de la matière à un niveau intermédiaire entre le niveau atomique/moléculaire et la masse sont étroitement liées à ces avancées technologiques.

Dans ce cadre, le cycle de conférences sur les nanotechnologies appliquées a été organisé par la Yachay Tech University et l’Université technique de Manabí le 14 février 2020 à Portoviejo (Équateur). L’événement a bénéficié de la participation de 5 intervenants, s’en est suivi la mise en place d’un groupe de travail pour clôturer l’événement et conclure ensemble autour de cette problématique.

La série de conférences faisait partie du programme PREFALC 2019-2021 dirigé par l’Université Yachay-Tech en coopération avec des universités de France, du Venezuela, du Brésil et de l’Équateur ; et également dans le cadre de l’accord de coopération interinstitutionnelle « Évaluation environnementale et potentiel agricole des nanomatériaux » entre l’Université technique de Manabí et l’Université Yachay Tech. L’objectif principal du cycle de conférences était de fournir un état des lieux actualisé, ainsi qu’une introduction à la synthèse et à la caractérisation des nanomatériaux multifonctionnels pour des applications dans différents domaines. Ce fut une occasion opportune de discuter et de rendre compte des différents projets et initiatives que chacune des institutions mène, notamment ceux qui lient la France et l’Equateur. De même, une petite table ronde a été prévue où de nouveaux projets de recherche interinstitutionnels ont été proposés.