LIA MSD: Matière: Structure et dynamique

Le LIA MSD a été créé en 2017 pour une durée de quatre ans. Il compte, au Chili, trois partenaires que sont le Département de physique de l’Université du Chili (U-Chile), le Département de physique de l’Université de Santiago du Chili (USACH) et l’Institut de physique de l’Université pontificale catholique de Valparaíso (PUCV). De même il compte, en France, trois partenaires que sont le Laboratoire de physique (LPENSL, UMR5672) à l’École normale supérieure de Lyon, le Laboratoire de physique et mécanique des milieux hétérogènes (PMMH, UMR7636) et l’Institut Langevin ondes et images (Institut Langevin, UMR7587) à l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris. Il fait l’objet d’une convention entre le Centre national de la recherche scientifique, l’École normale supérieure de Lyon, l’Université Claude Bernard Lyon I, l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris, l’Université Pierre et Marie Curie – Paris VI, l’Université Paris Diderot – Paris VII, et les trois universités chiliennes. Il est actuellement coordonné par Jean-Christophe Géminard (LPENS, UMR5672, Lyon) et Rodrigo Soto (Département de physique, U-Chile, Santiago du Chili).


Motif formé par des grains flottant à la surface d’un liquide soumis
à une oscillation verticale au-delà du seuil de l’instabilité de Faraday (Photo: Hector Alarcon)

 

Créé à l’initiative du CNRS qui lui apporte son soutien financier récurrent, le LIA MSD renforce la coopération entre le Chili et la France dans les domaines de la physique statistique et de la physique non linéaire en soutenant avec l’aide de l’ensemble de ses partenaires des échanges d’étudiants et de chercheurs pour des missions de travail en collaboration. Exceptionnellement, 2017 a été l’occasion d’une rencontre scientifique à Lyon rassemblant les chercheurs chiliens et français rattachés au LIA-MSD, ouverte aux collègues européens concernés par ses domaines de recherche.

 

“Le LIA MSD renforce la coopération entre le Chili et la France dans les
domaines de la physique statistique et de la physique non linéaire“

 

L’activité scientifique du LIA MSD qui est bien équilibrée entre expérience et théorie concerne un ensemble de problèmes en lien avec la mécanique statistique et la physique non-linéaire. Le projet de recherche porte sur l’étude de milieux complexes qui font apparaître le rôle prépondérant de la non-conservation de l’énergie (dissipation ou milieux actifs), des non-linéarités, de l’anisotropie, des hétérogénéités… Sont considérés, par exemple, aussi bien le grain unique ou le gaz granulaire (prototype de systèmes dissipatifs vue sous l’angle de la mécanique statistique) que les granulaires immergés qui sont d’importance géophysique. Ces travaux sur la matière divisée sont étendus aux mousses ou aux systèmes actifs (bactéries). Une série d’études vise à comprendre l’apparition de motifs dans des situations aussi variées que la déformation ou la fissuration de matériaux granulaires cohésifs, de mousses, de couches minces, en particulier anisotropes. Enfin, une grande partie de l’activité concerne la génération ou la propagation d’ondes en milieux complexes. Les effets de la microstructure, du bruit et/ou des non-linéarités sont considérés des points de vue expérimentaux et théoriques.

 

 Contacts:
JEAN-CHRISTOPHE GEMINARD: jean-christophe.geminard@ens-lyon.fr
RODRIGO SOTO: rsoto@dfi.uchile.cl

Retour au sommaire