Le CNID (Conseil National d’Innovation pour le Développement) est un organisme placé auprès de la présidence de la république, il en charge des orientations stratégiques pour renforcer la contribution des sciences, des technologies et de l’innovation dans le développement du Chili. Pour ce faire, il a mis en place l’Agenda National d’Innovation et de Compétitivité 2010-2020 qui définit les axes prioritaires d’action stratégiques et propose les orientations pour l’amélioration continue du système d’innovation dans le pays.

Outre le CNID, le principal acteur de la recherche au Chili est le ministère de l’Education par le biais de la CONICyT (Commission Nationale de Recherche Scientifique et Technologique). Cette agence de promotion et de financement de la recherche a été créée en 1967 pour conseiller le président de la république dans la planification du développement scientifique et technologique. C’est une agence de promotion et de moyens de la science, qui assure également l’accréditation des formations doctorales. Les objectifs principaux de la CONICyT sont :

  • Renforcer la base scientifique et technologique du pays,
  • Impulser la formation supérieure,
  • Promouvoir la culture scientifique et technologique.

Pour réaliser ces objectifs, la commission dispose de différents outils de financement dont les majeurs sont :

  • Des bourses, pour le niveau Master et Doctorat.
  • Des programmes de mobilité (ECOS-Conicyt)
  • Le FONDECyT (Fond National de Développement Scientifique et Technologique) : a pour objectif de stimuler et promouvoir le développement des recherches scientifiques et technologiques de base, c’est le principal financement de ce type dans le pays. Créé en 1981, il a déjà bénéficié a plus de 16000 projets.
  • Le FONDEF (Fond d’Appui au Développement Scientifique et Technologique) : Créé en 1991, son but et de contribuer à l’augmentation de la compétitivité de l’économie nationale et à l’amélioration du niveau de vie des chiliens en promouvant les liens entre les instituts de recherche, les entreprises et les autres organismes dans la réalisation de projets communs.
  • Le FONDAP (Fond de Financement des Centres d’Investigation en Zones Prioritaires) : Il a pour objectif d’articuler l’activité de groupes de chercheurs autour de thématiques importantes pour le pays et où la science nationale a atteint un niveau avancé de développement. 18 centres d’excellence ont été mis en place depuis la création de ce fond en 1999 (CMM, CIMAT, INCAR etc…)
  • Le PIA (Programme de Recherche Associative) : Créé en 2009, ce programme a pour but de coordonner plusieurs instruments et initiatives d’appui à la recherche associative et la promotion de centres d’excellence par le biais du financement Basal : 17 centres d’excellence ont été créé depuis la création de ce fond (CECs, CIAE etc…)
  • Les programmes régionaux de recherche scientifique et technologique. Ces programmes résultent de travail commun des gouvernements régionaux et des centres de recherche selon les priorités définies par les régions pour leur développement économique et social. 13 centres régionaux bénéficient de cet appui (CIHDE, CIEP etc…)

Il existe une autre agence de ce type, dépendant du ministère de l’Economie, du Développement et du Tourisme : il s’agit de la CORFO (Corporation de Développement et de Production). Cette agence, créée en 1939, a pour mission de soutenir l’entreprenariat, l’innovation et la compétitivité dans le pays. Elle soutient notamment les projets concernant l’innovation et le transfert de technologie par le biais du programme Innova Chile. Cette agence fait également le lien entre investissement privé et projets de R&D à travers la Ley Incentivo I+D qui propose une réduction d’impôts aux entreprises qui financent la recherche et le développement.

À ce jour d’autres ministères techniques (agriculture, pêche, santé etc.) assurent eux-mêmes la tutelle de fonds spécifiques en faveur de la recherche dans leur domaine :

  • FONIS sous la tutelle du ministère de la Santé (et de CONICYT),
  • FIA sous la tutelle du ministère de l’Agriculture,
  • FIP sous la tutelle du ministère de l’économie, du développement et du tourisme,
  • FPA sous la tutelle du ministère de l’environnement.

Le système universitaire chilien bénéfice d’une très grande autonomie financière, la principale ressource étant les droits d’inscription que les universités reçoivent directement. L’Etat apporte son aide sous forme d’apports fiscaux directs et indirects. On distingue les 27 « universités traditionnelles », dont 9 sont privées, parmi lesquelles figurent les plus prestigieuses (Católica de Santiago, de Valparaiso, Concepción etc..), des 34 autres universités, qui sont toutes privées. Ces universités sont un acteur majeur de la recherche dans le pays avec près de 5 200 étudiants inscrits en doctorat en 2017.

À noter que la création d’un nouveau ministère de la Science, de la Technologie, de la Connaissance et de l’Innovation a été approuvé par le Congrès en Mai 2018, et que le nouveau ministre – Andrés Couve – a pris ses fonctions le 17 décembre 2018. Le système de la recherche chilien risque donc de subir quelques modifications afin d’intégrer ce nouveau ministère, la future gouvernance reste assez floue au vu du peu d’informations transmises sur le sujet.

Sources :
www.conicyt.cl
www.corfo.cl/sobre-corfo
www.cnic.cl/
www.mineduc.cl/
www.cnid.cl/
http://www.iniciativamilenio.cl/en/home_en/
Sistemas de Ciencia, Tecnología e Innovación, gobernanza y prioridades científicas de los países iberoamericanos – Paola Andrea Castillo Rozo