L’organisation de la recherche au Chili

Les principales tutelles de la science chilienne sont les suivantes :

Le Ministère de l’Education : Il opère par le biais de la CONICYT qui lui est rattachée.

CONICyT : Dépendante du Ministère de l’Education, la commission Nationale d’Investigation Scientifique et Technologique est un organisme créé en 1967 pour conseiller le président de la république dans la planification du développement scientifique et technologique. Il a 3 objectifs principaux :

  • Renforcer la base scientifique et technologique du pays
  • Impulser la formation supérieure
  • Promouvoir la culture scientifique et technologique

Pour réaliser ces objectifs, la commission dispose de différents outils de financement :

  • Des bourses, pour le niveau Master et Doctorat
  • FONDECyT (Fond National de Développement Scientifique et Technologique) : a pour objectif de stimuler et promouvoir le développement des recherches scientifiques et technologiques de base, c’est le principal financement de ce type dans le pays. Créé en 1981, il a déjà bénéficié a plus de 16000 projets.
  • FONDEF (Fond d’Appui au Développement Scientifique et Technologique) : créé en 1991, son but et de contribuer à l’augmentation de la compétitivité de l’économie nationale et à l’amélioration du niveau de vie des chiliens en promouvant les liens entre les instituts de recherche, les entreprises et les autres organismes dans la réalisation de projets communs.
  • FONDAP (Fond de Financement des Centres d’Investigation en Zones Prioritaires) : créé en 1997 il a pour objectif d’articuler l’activité de groupes de chercheurs autour de thématiques importantes pour le pays et où la science nationale a atteint un niveau avancé de développement : il permet notamment de mettre en place des centres d’excellence.

Le Ministère de l’Économie, dont dépend la CORFO, agence ayant pour mission de soutenir entrepreneuriat, l’innovation et la compétitivité dans le pays. Elle soutient notamment les projets concernant l’innovation et le transfert de technologie par le biais du programme Chile Innova. Par ailleurs, la CORFO fait le lien entre investissement privé et projets de R&D à travers la Ley incentivo I+D (Loi d’incitation à l’investissement pour la R&D) qui propose une réduction d’impôts aux entreprises qui financent la recherche et le développement.
Depuis 2011, le programme de financement de laboratoires d’excellence « Iniciativo científico Milenio » en dépend aussi.

– Des ministères techniques tels que le Ministère de la Santé (MS) ou le Ministère de l’Agriculture (MA), qui assurent chacun la tutelle de fonds spécifiques en faveur de la recherche dans leur domaine. Par exemple le Fond National de Recherche et Développement en Santé (FONIS) pour le MS ou le Fond de Recherche en Agronomie (FIA) pour le MA.

 

Les ministères de l’Éducation et de l’Économie sont chargés de la direction et de l’orientation de la recherche et ont constitué le Comité interministériel pour l’innovation.

Le Conseil national d’innovation pour le développement (Consejo nacional de innovación para el desarollo), mis en place en 2005, réunit partenaires institutionnels (dont le Ministère des Finances et les Ministères de l’Agriculture et celui des Travaux publics) et représentants du secteur privé. Il est chargé d’élaborer et de mettre en oeuvre une stratégie commune en matière de recherche, de technologie et d’innovation.

À noter que la création d’un nouveau ministère de la Science, de la Technologie, de la Connaissance et de l’Innovation a été approuvé par le Congrès en Mai 2018, et que le nouveau ministre – Andrés Couve – a pris ses fonctions le 17 décembre 2018. Il faudra voir comment s’intègre ce nouveau ministère dans l’environnement de recherche chilien actuel.