L’organisation de la recherche en Argentine

(Source : Fiche Pays « Recherche » Argentine, Institut Français Argentine, 2017)

 

La stratégie nationale de l’Argentine en matière de science, technologie et innovation, est portée depuis 2007 par le Ministère de la Science, de la technologie et de l’Innovation Productive (MINCyT). En septembre 2018, ce ministère a été dissout et rattaché au ministère de l’Education (qui devient à cette occasion le ministère de l’Education, de la Culture, des Sciences et de la Technologie) sous la forme d’un secrétariat. Ce nouveau ministère est composé de deux secrétariat :

  • Secrétariat de la Culture
  • Secrétariat des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation Productive.

Actuellement, le plan stratégique en matière de science, technologie et innovation est le plan « Argentina Innovadora 2020 », qui recherche le renforcement des capacités nationales en sciences et technologies, et fait de l’innovation productive le moteur du développement économique et social du pays. Depuis 2014, la part du PIB consacré aux activités de science et technologie atteint les 0.6%.

La recherche et le développement en Argentine sont financés par l’Etat, les gouvernements provinciaux et les entreprises privées.

Le Système National de Science, technologie et Innovation (SNCTI) est défini comme le maillage des principaux organismes de recherche en Argentine. La complexité de ce système est que ces organismes ne dépendent pas tous du même ministère. Par exemple, le CONICET dépend du Secrétariat des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation Productive, l’INTA (Institut National de Technologies Agricoles) dépend du Secrétariat de l’Agro-industrie rattaché au Ministère de la Production et du Travail et l’ANLIS (Administration Nationale des Laboratoires et Instituts de Santé) dépend du Ministère de la Santé et du Développement Social.
Un conseil dépendant du Secrétariat des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation Productive a été créé afin de coordonner les actions de ces différents organismes (voir ci-après).

 

Le Secrétariat des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation Productive (SCTIP) du Ministère de l’Education, de la Culture, des Sciences et de la Technologie est l’organisme responsable de la définition et du suivi des politiques scientifiques et technologiques nationales, de l’articulation des actions des différentes institutions composant le SNCTI, de la coordination des activités de recherche et développement dans les domaines désignés comme prioritaires, de l’évaluation et des contrôles des actions mises en place, de la promotion et la diffusion de ces activités.

Pour ce faire, deux conseils ont été mis en place :

  • Conseil Fédéral pour la Science et la Technologie (COFECYT), organe chargé de la coordination des politiques S&T entre le niveau fédéral et provincial,
  • Conseil Interinstitutionnel pour la Science et la Technologie (CICYT), organe chargé de la coordination des actions entre les différentes institutions du SNCTI.

Le SCTIP exerce la tutelle du Conseil National de Recherche Scientifique et Technique (CONICET), le principal organisme de recherche argentin, équivalent des CNRS/INSERM français, et a également autorité sur l’Agence Nationale de Promotion de la Recherche scientifique et technique (ANPCyT), qui finance les projets de recherche, et sur la Commission Nationale d’Activités Spatiales (CONAE) homologue du CNES.

 

Le Conseil national de recherche scientifique et technique (CONICET) est la principale institution pour la promotion de la science et de la technologie en Argentine. Le CONICET a pour objectifs de développer et de subventionner la recherche scientifique et technologique ainsi que les activités qui permettent de la faire progresser. Cet organisme soutient ainsi les échanges et coopérations scientifiques et technologiques dans le pays et à l’étranger. Il attribue également des budgets à certains projets de recherche, à des laboratoires, des instituts et des centres de recherche (publics ou privés).

De plus, il gère les carrières des chercheurs et du personnel d’appui à la recherche. Enfin, le CONICET peut être sollicité pour fournir une aide technique à des entités publiques ou privées.

Son activité se développe dans des centres thématiques dans tout le pays et dans quatre grands domaines: les sciences de l’ingénieur ; les sciences de la vie et de la santé; les sciences exactes et naturelles; et les sciences humaines et sociales.

Le CONICET comptabilise plus de 300 unités de recherche sur tout le territoire argentin, dont 15 centres scientifiques et technologiques (CCTs), et 280 centres et instituts ; par ailleurs, il y a 1 centre de recherches multidisciplinaires, et 11 centres de recherche et transfert (CITs). Le CONICET emploie 24 000 personnes au total, dont 10 000 chercheurs scientifiques, 2 600 assistants techniques, 11 000 boursiers en formation doctorale et postdoctorale ainsi que 1 500 personnels administratifs. Le personnel du CONICET est constitué à 40% de chercheurs. Parmi ces derniers, 50% de ceux qui travaillent dans les universités nationales sont concentrés dans les 3 universités suivantes : Université de Buenos Aires (UBA), de La Plata, et de Córdoba.

 

Agence Nationale de Promotion de la Recherche scientifique et technique (ANPCyT)

L’ANPCyT est une agence de financement ayant pour but de soutenir les projets tendant à améliorer les conditions sociales, économiques et culturelles en Argentine. Pour cela elle dispose de différentes sources de financement.

  • Fonds pour la recherche scientifique et technique (FONCyT)

Ce fonds finance, grâce à divers instruments, les projets qui cherchent à développer de nouvelles connaissances scientifiques et technologiques, dans des domaines et secteurs divers. En 2015, 1390 projets ont été financés pour plus de 430 millions de pesos, qui ont aussi bénéficié à 285 boursiers pour des périodes de 2 à 3 ans. Le principal instrument administré par le FONCYT est le PICT qui a financé en 2015 1.092 projets pour approximativement 400 millions de pesos.

  • Fonds technologique argentin (FONTAR)

Finance les projets destinés à améliorer la productivité du secteur privé par l’innovation technologique. 697 nouveaux projets ont été appuyés en 2015, avec plus de 999 millions de pesos.

  • Fonds pour le renforcement des activités de production de software (FONSOFT)

Aide au renforcement des activités de la production de software, à la finalisation de cursus spécialisé, au soutien aux PME et aux start-ups du secteur TIC. En 2015, 652 projets ont été financés pour un total de 185,8 millions de pesos attribués.

  • Fonds sectoriel argentin (FONARSEC)

Finance les projets d’amélioration des capacités de recherche et le renforcement du transfert de technologie dans des secteurs stratégiques, pour un impact optimal sur le secteur productif. Concentré sur les domaines de la santé, l’industrie agricole, le développement social, les TIC, les nanotechnologies, les biotechnologies et l’environnement, il a porté en 2015 55 projets pour 642 millions de pesos dont la plupart correspondent à des Fonds régionaux, ce qui intensifie la politique de fédéralisation de la promotion de la STI. C’est celui qui attribue les fonds les plus importants par projet (moyenne de 4.6 millions de pesos).

 

Organisation de la recherche en Argentine (en orange : Agence de financement / en gris : opérateurs de recherche)