Lancement d’un programme de mobilité FAPERJ/France

Signature de l’accord entre le Président de la Faperj, Jerson Lima et le Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Brésil, Olivier Giron (Photo: Luciana Lopes)

La FAPERJ, en collaboration avec le Consulat de France à Rio de Janeiro, a lancé ce jeudi 19 décembre le « Programme de mobilité internationale FAPERJ-France – 2020 » pour soutenir la venue de chercheurs français dans les établissements d’enseignement et/ou de recherche situés dans l’Etat de Rio de Janeiro.

Cette annonce est le résultat du protocole d’intentions signé entre la FAPERJ et l’Ambassade de France en octobre dernier, lors d’une cérémonie qui s’est tenue au Consulat de France. Cette initiative vise à renforcer et à développer les collaborations franco-fluminiennes en matière de recherche scientifique, technologique et d’innovation. L’accord a été signé par le président de la FAPERJ, Jerson Lima Silva, et par le conseiller à la coopération et à l’action culturelle de la France au Brésil, Olivier Giron.

Le programme appuiera deux modalités :

  • Les Chaires françaises, destinées à soutenir jusqu’à 10 (dix) chercheurs qui souhaitent effectuer une partie de leurs recherches dans des institutions de l’Etat de Rio de Janeiro pour une période de 30 à 90 jours,
  • la Mobilité internationale des doctorants, destinée à soutenir jusqu’à 5 (cinq) doctorants français qui souhaitent effectuer une partie de leurs recherches dans des institutions basées dans l’Etat de Rio de Janeiro pour une période allant jusqu’à 6 (six) mois.

Les chaires françaises ont les mêmes règles que le programme de chercheurs invités de la FAPERJ, tandis que le programme de mobilité internationale pour les doctorants fonctionnera de la même manière que le doctorat en sandwich inversé. Ceux qui sont sélectionnés dans l’un des deux appels auront droit à une bourse mensuelle (6.000 R$), à un billet d’avion aller-retour et à une assurance voyage. Les appels couvrent la période du 01/05/2020 au 30/04/2021. Le financement sera assuré par la FAPERJ et l’Ambassade de France.

La directrice scientifique de la FAPERJ, Eliete Bouskela, a célébré l’établissement de ce nouveau partenariat fructueux avec la France. « Les accords bilatéraux avec les institutions françaises sont toujours bénéfiques car ils multiplient les échanges d’expériences scientifiques et technologiques entre les meilleurs chercheurs des deux pays. Outre l’avantage évident pour la formation de spécialistes, l’accord permet de consolider et d’étendre les collaborations scientifiques existantes », a déclaré Eliete Bouskela.

Les critères d’évaluation sont décrits dans le document ci-dessous. Le formulaire de demande sera disponible sur SisFAPERJ à partir du 20/12/2019.

La date limite de dépôt des dossier est le 31/01/2019.

Programa de Mobilidade Internacional Faperj-França – 2020 (PT)

Plus d’informations: assessoria.internacional@faperj.br ou philippe.michelon@diplomatie.gouv.fr

Source : site de la FAPERJ

 


Lancement de l’Appel à Projet CLIMAT, STIC et MATH AmSud 2020

 

Les programmes STIC-AmSud, MATH-AmSud et CLIMAT AmSud organisent à travers un appel à projets la présentation de projets de recherche-développement dans toutes les disciplines liées aux Sciences et Technologies de l’Information (STIC), aux Mathématiques (MATH) ou à la Variabilité Climatique et le Changement Climatique (CLIMAT) avec au moins deux pays de la région sud-américaine participant au programme et au moins une équipe de scientifiques français.

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • 20 décembre 2019: Ouverture de l’appel à propositions
  • 20 avril 2020: Clôture de l’appel à propositions
  • Novembre 2020: Publication des résultats de l´appel à propositions
  • Janvier 2021: Début des projets.

La présentation des projets devra s´effectuer via la plateforme en ligne disponible sur le site web de la CONICYT à cet effet : https://auth.conicyt.cl/

Le(la) Coordinateur(trice) International(e) du projet présenté devra envoyer via la plateforme de candidature une version.pdf en anglais du projet, incluant les CVs des participant(e)s au projet, avant le lundi 20 avril 2020 à 12:00 heure (midi) du Chili continental.

Plus d’infos sur le site du programme : http://www.sticmathamsud.org/


Lancement du prix Lliboutry pour récompenser les recherches franco-chiliennes en « Glaciologie »

Le lancement du prix Lliboutry

Le lancement du premier prix Louis Lliboutry s’est tenu le 13 décembre 2019, à l’occasion de la COP 25 organisée à Madrid, avec le soutien de l’Institut des Géosciences de l’Environnement de Grenoble et du Laboratoire Edytem de l’Université Savoie Mont-Blanc et fut placé sous le haut parrainage de l’Ambassade de France au Chili. À l’avenir, le prix Louis Lliboutry sera destiné à récompenser les meilleures recherches doctorales ou postdoctorales réalisées par des étudiants chiliens dans le domaine de la glaciologie et engageant une coopération scientifique avec des laboratoires français. Pour son année de lancement, le prix 2019 fut destiné à récompenser un laboratoire chilien et argentin ayant développé des collaborations scientifiques intenses avec des équipes chiliennes dans le domaine de la coopération scientifique et universitaire avec la France.

Couverture du livre « Louis Lliboutry – Le Champollion des Glaces » – Crédit : Marc Turrel

Louis Lliboutry

Louis Lliboutry, né le 19 février 1922 à Madrid et mort le 21 octobre 20071 à Grenoble, est un glaciologue, géodynamicien et alpiniste français. Lors d’un séjour au Chili au début des années 1950, il analyse et explique la formation des pénitents de neige dans les Andes, ce qui constitue la première de ses contributions à la glaciologie. En 1958, il fonde à l’université de Grenoble un laboratoire de glaciologie dont il sera directeur pendant 25 ans, et met sur pied un enseignement de géophysique générale. Ses apports à la mécanique des milieux visqueux (glace et manteau terrestre) et à la géodynamique sont reconnus internationalement. Il a également participé à la création du premier institut de glaciologie d’Amérique du Sud, le Centre de recherches en glaciologie à l’université du Chili. Pour célébrer la mémoire de ce grand explorateur, les autorités chiliennes ont d’ailleurs choisi de lui dédier un glacier (le glacier Lliboutry) et une montagne (le Cerro Lliboutry).

Les trophées

Il s’agit de deux sculptures, réalisées par AlCubo Studio Spa de Valparaiso, en forme de pénitent, symbole de l’œuvre de Louis Lliboutry. La glace du pénitent est en résine, la base en Alerce, un bois millénaire du Chili méridional. Le socle en marbre a été rajouté à Madrid pour souligner le lien de Louis Lliboutry avec sa culture espagnole d’origine.

Les lauréats 2019

Le IANIGLA, Instituto Argentino de Nivología, GLaciología y ciencias Ambientales, est un centre de recherche du CONICET et de l’Universidad Nacional de Cuyo, basé à Mendoza, au pied de la Cordillère des Andes. Il a été fondé en 1972, et compte actuellement 150 membres. Les recherches se réalisent principalement en glaciologie, en nivologie ainsi que dans les géosciences et les sciences de l’environnement. Les études du IANIGLA portent principalement sur la cordillère, depuis les confins de la Patagonie jusqu’aux régions désertiques du Nord, mais également sur l’Antarctique. Fait notable, en 2010, le IANIGLA a été à l’origine de la seule loi au monde qui protège les glaciers et les milieux périglaciaires.

Le CEAZA, Centro de Estudios Avanzados en Zonas Aridas, a quant à lui été fondé beaucoup plus récemment, en 2003, par plusieurs universités, par le CONICYT et le gouvernement régional de Coquimbo. Une centaine de personnes y travaillent au sein de quatre groupes de recherche dans les domaines des agrosciences, de la biologie, des géosciences et des sciences de la mer. Les débuts de la glaciologie au CEAZA ont été marqués par des études sur les glaciers potentiellement impactés par le complexe minier transfrontalier de Pascua-Lama, avec une forte contribution de chercheurs français, principalement de l’IGE (ex-LGGE ).

Comme le prouvent les publications de haut niveau qui en sortent régulièrement, les deux instituts sont actuellement en pointe sur les études de la cryosphère andine. Des équipes jeunes et très dynamiques y mènent en effet des projets ambitieux… tout en n’oubliant pas les travaux pionniers menés par Louis Lliboutry, véritable défricheur de leurs terrains d’étude actuels.

Autant le CEAZA que le IANIGLA développent de nombreuses collaborations internationales, avec comme partenaires principaux en France l’IGE à Grenoble, le LEGOS et le CESBIO à Toulouse, le laboratoire EDYTEM à Chambéry ou encore le laboratoire Hydrosciences à Montpellier.

On peut espérer que ce prix, outre la reconnaissance des travaux dans le domaine d’étude rare, la glaciologie, va contribuer à faire rayonner la coopération franco-chilienne.


Le CNRS et le Consulat reçoivent des représentants de l’UFRJ

La rectrice de l’UFRJ Denise Pires de Carvalho était présente, ainsi que Amaury Fernandes et Jennifer Lowe, respectivement directeur et coordinatrice des relations internationales de l’université

La réunion a eu lieu le lundi 16 décembre 2019, au Consulat de France à Rio de Janeiro. Son objectif était de poursuivre les discussions entamées entre le bureau du CNRS Amérique du Sud et Amaury Fernandes et Jennifer Lowe le 5 décembre sur le campus de l’UFRJ, tout en y intégrant les représentants de différents services du consulat de Rio de Janeiro. Elle a permis de faire un état des lieux des coopérations et des projets existants et de discuter des futurs collaborations entre l’UFRJ et la France, comme le programme de chaires franco-brésiliennes, la coopération tripartite CNRS/TOTAL/UFRJ ou encore l’enseignement du français eu sein de l’UFRJ.

Étaient présents des représentants de l’UFRJ (Denise Pires de Carvalho, rectrice ; Amaury Fernandes, Directeur des relations internationales, et Jennifer Lowe, Coordinatrice des relations internationales), du CNRS (Olga Anokhina, directrice, et Alexis Lenoir, chargé de coopération au Bureau du CNRS à Rio) et du Consulat de France à Rio (Romann Datus, Attaché de coopération et d’action culturelle, Philippe Michelon, Attaché scientifique et universitaire et Adriana Davanture, Attachée linguistique)

Les sujets traités

La réunion a débuté avec un rappel, par Romann Datus, de l’importance de la collaboration entre la France et le Brésil en soulignant notamment la place essentielle de l’UFRJ, partenaire majeur de cette collaboration. Il a insisté sur le fait qu’il est primordial de maintenir et de renforcer cette collaboration dans les années à venir.

Plusieurs sujets ont été traités, dont l’intérêt de l’UFRJ pour les programmes de co-tutelles ; les programmes de chaires pour accueillir des chercheurs français ; des invités français pour un événement de célébration de 100 ans de l’UFRJ et un accord (en cours de négociation) entre le CNRS, l’UFRJ et le Total.

En réalisant cette réunion, le CNRS et le Consulat de France à Rio montrent qu’ils valorisent le dialogue et le partenariat avec l’UFRJ, une des plus importantes universités du pays, et souhaitent mettre en place un projet commun complet et ambitieux qui inclut l’enseignement de français, les thèses en cotutelles, des chaires et des projets de recherche communs.

 

À partir de la gauche : Amaury Fernandes, Olga Anokhina, Denise Pires de Carvalho, Romann Datus, Philippe Michelon, Jennifer Lowe et Alexis Lenoir – Photo : Daniel Cariello

Source : Consulat de France à Rio


Programme doctoral international EuReCa – Institut Curie

EuReCa (Europe Research & Care) est le programme international de doctorat de l’Institut Curie qui offre aux doctorants une excellente formation interdisciplinaire, intersectorielle et internationale. Il comprend un plan de développement de carrière personnalisé, du coaching, du mentorat et la possibilité d’effectuer des détachements dans les établissements des partenaires.

Les candidats doivent remplir un formulaire de candidature en ligne en anglais. Ils peuvent postuler pour 1 ou 2 projet(s) de thèse. Les demandes incomplètes ne seront pas admissibles. Aucune candidature ne sera acceptée après la date limite du 9 janvier 2020 à 16h00 CET (GMT +1).

Plus d’infos sur le site de l’Institut Curie


L’ENS de Lyon et ses partenaires offrent des bourses

L’ENS de Lyon et ses partenaires offrent des bourses (Ampère & MILYON Scholarships) pour des étudiants internationaux d’excellence qui sont intéressés par ses programmes de Master (admission en 1ère et 2ème année)

 

Bourse MILYON

  • Les programmes de Master concernés sont : Les Matéhmatiques avancées et les Fondements de l’informatique
  • Le projet est financé dans le cadre du programme du gouvernement français « Investissement d’avenir »

 


Global Think Tank Summit

La gestion des turbulences et des transitions à l’échelle mondiale : Le rôle des Think Tanks

Du 11 au 13 décembre aura lieu à Rio de Janeiro, un sommet sur les Think Tanks. Il traitera de la gestion des turbulences et des transitions à l’échelle mondiale. La première journée de bienvenue commencera à 16h00 et aura lieu à l’hôtel Hilton de Copacabana. Les journées du jeudi 12 et du vendredi 13 décembre se tiendront à la Fondation Getulio Vargas de Botafogo et commenceront à 8h30 et 8h45 respectivement.

Global Think Tank Agenda_2019


Soutien aux événements scientifiques franco-brésiliens dans le nord-est du Brésil

Le Consulat général de France pour le Nord-Est à Recife lance le premier appel à projets pour 2020 afin de soutenir la diffusion des connaissances scientifiques et des événements scientifiques dans le Nord-Est du Brésil qui prévoient la participation de personnalités scientifiques françaises. Toutes les disciplines sont éligibles pour cet appel.

Cet appel est valable pour les manifestations scientifiques qui auront lieu dans le nord-est du Brésil entre avril et décembre 2020.

Les objectifs de l’appel à projet sont :

  • Promouvoir la participation française aux manifestations scientifiques organisées dans le nord-est du Brésil ;
  • Renforcer les collaborations scientifiques existantes ou contribuer au développement de nouveaux partenariats scientifiques entre la France et le Nord-Est du Brésil.

Cet appel est ouvert aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics ou privés du nord-est du Brésil et à leurs partenaires français. La demande de financement doit être adressée au Consulat général de France pour le Nord-Est par l’institution brésilienne. Les projets présentés dans le cadre de cet appel devraient intervenir en 2020 et prendre la forme de manifestations scientifiques organisées par un établissement d’enseignement supérieur et de recherche du Nord-Est du Brésil avec la participation de chercheurs d’une institution française (symposium, colloque, table ronde, conférence, congrès, séminaire, etc.).

Date limite des candidatures : 31 janvier 2020

Plus d’information sur le site du Consulat


Les 20 ans de l’Observatoire Pierre Auger

Le symposium des 20 ans de l’observatoire Pierre Auger s’est tenu du 14 au 16 novembre dernier à Malargüe en Argentine.

Le 14 novembre, après l’accueil des invités et participants, le symposium scientifique a débuté par des exposés rappelant la genèse de l’Observatoire Pierre Auger. Tout a commencé dans la tête de quelques physiciens, emmenés par James Watson Cronin (prix Nobel de physique en 1980) de l’université de Chicago et Alan Watson de l’université de Leeds. Leur objectif était de créer un gigantesque observatoire pour étudier les rayons cosmiques d’ultra haute énergie (RCUHE). Après des années passées à rassembler d’autres physiciens et ingénieurs, qui ont travaillé ensemble sur le projet, et à trouver l’endroit idéal, les premiers prototypes ont fonctionné dans la pampa dès 2001, et la construction de l’Observatoire s’est achevée en 2008.

Accueil des participants. (Crédits : Pierre Auger Observatory)

Symposium. (Crédits : Pierre Auger Observatory)

L’ensemble des avancées dans le domaine des RCUHE obtenues grâce aux mesures réalisées par l’Observatoire Pierre Auger ont été présentés, ainsi que le projet AugerPrime, dont l’objectif est d’en améliorer les performances, et déjà bien avancé dans sa réalisation. L’Observatoire Telescope Array, situé dans l’hémisphère Nord, a été également décrit ainsi que ses principaux résultats. Plusieurs exposés ont porté sur les modèles d’accélération, de propagation des RCUHE ainsi que sur les dernières avancées concernant les autres messagers du cosmos (rayons gammas, neutrinos, ondes gravitationnelles), et les liens entre les rayons cosmiques et la physique des hautes énergies explorée auprès des accélérateurs a été mis en avant par plusieurs intervenants. Pour terminer ce symposium, les perspectives dans ces domaines de recherche ont été passées en revue.

Bâtiment abritant 6 télescopes de fluorescence. (Crédits : Pierre Auger Observatory)

Détecteurs dans la pampa. (Crédits : Pierre Auger Observatory)

L’après-midi du 15 novembre a été consacré à la visite des principaux détecteurs de l’Observatoire : détecteurs de fluorescence et détecteurs Cherenkov à eau, équipé de nouveaux détecteurs à scintillation et d’antennes radio. Les visiteurs se souviendront du fort vent soufflant au sommet de la colline où se trouve un des bâtiments abritant des télescopes. Cette visite a permis aux invités de prendre conscience de l’ampleur du projet, et des difficultés entrainées par l’installation et la maintenance d’un tel observatoire dans la pampa argentine,

La journée du 16 novembre a débuté par la participation à la traditionnelle parade organisée chaque année par la municipalité de Malargüe. L’après midi, sous un chaud soleil de printemps, s’est déroulée la cérémonie célébrant la création de l’observatoire : plusieurs personnalités sont intervenues pour rappeler l’importance de cette réalisation hors norme dans la recherche internationale, pour la vie scientifique argentine et la province de Mendoza, ainsi que la ville de Malargüe. Puis une sculpture érigée sur le campus de l’Observatoire a été dévoilée. La cérémonie a été clôturée par une réception et les participants ont pu profiter d’un « asado », barbecue argentin.

Invités et membres de la collaboration participent à la parade dans l’avenue San Martìn. (Crédits : Lukas Nellen)

Cérémonie et discours devant l’ensemble des participants (Crédits : Corinne Bérat)

La sculpture est dévoilée. (Crédits : Pierre Auger Observatory)

Asado ! (Crédits : Pierre Auger Observatory)

Le dimanche 17 au matin, la collaboration Pierre Auger a débuté sa semaine de réunions de travail, qui s’est poursuivie jusqu’au vendredi.