La recherche confinée ? Navigation en temps de crise

Quand le plus grand nombre des pays d’Amérique du Sud ferment leurs frontières, quand les chercheurs sont dans l’obligation de mettre un terme à leurs missions à l’étranger, quand l’ensemble des acteurs de la recherche sont confinés à leur domicile, on peut légitimement se poser la question de la continuité des activités liées à la coopération internationale dans ces conditions.

La réponse nous vient de nos collègues qui travaillent sur les navires scientifiques et qui, par conséquent, ont l’habitude du confinement prolongé. C’est notamment le cas des chercheurs qui, au moment de la crise, se trouvaient sur le bateau océanographique l’Atalante sans pouvoir accoster ni en Équateur, leur pays de destination, ni ailleurs et qui ont été dans l’obligation de rentrer en France en naviguant ! Malgré cela, ils ont continué leurs recherches pour mener à bien leur mission et leur projet.

C’est précisément en ces temps de crise que les valeurs de solidarité et de collaboration se manifestent avec la plus grande force. Cette collaboration – entre les chercheurs et entre les pays – peut avoir plusieurs contours : elle peut être individuelle, structurante par l’intermédiaire des projets ou programmes institutionnels ou encore régionale. En ce sens, la coopération entre la Guyane, le Brésil et d’autres pays d’Amérique du Sud évoquée dans l’entretien avec Guillaume Odonne, est une remarquable illustration.

Cette collaboration peut également être institutionnelle, comme le montre l’entretien sur la recherche en Amérique du Sud en situation de crise. Il souligne notamment l’importance de la coordination entre les différents services du CNRS (bureaux à l’étranger, service sécurité défense, directions régionales) et les postes diplomatiques, quand il s’agit d’apporter de l’aide aux chercheurs en mission, bloqués loin de leur pays et de leurs proches.

L’article d’Éric Boeda sur les missions archéologiques en Amérique latine montre, quant à lui, l’importance des interactions qui se créent entre les différentes disciplines et entre les différentes
périodes étudiées.

La présentation, par Damien Davy, de l’Observatoire Hommes-Milieux Oyapock, créé suite à la construction du pont transf rontalier entre la Guyane française et le Brésil, que la couverture de ce numéro met en lumière, nous renvoie également à cette idée de créer un lien, d’engager un dialogue, de construire des projets de collaboration, qu’ils soient transfrontaliers ou transdisciplinaires.

Les programmes européens, détaillés dans ce numéro par la responsable du bureau EURAXESS en Amérique Latine et Caraïbes, Charlotte Gravitz, présentent aux chercheurs des possibilités de financements complémentaires. Ces financements quelquefois méconnus tant par les chercheurs français que par leurs homologues sud-américains contribuent autant à renforcer les collaborations
existantes qu’à créer de nouveaux axes et projets de coopération.

L’idée de tisser les liens et d’élargir les horizons disciplinaires est également symbolisée par les rencontres qui ont eu lieu le 30 janvier 2020, dans le cadre de la 1ère Nuit des idées au Brésil, déclinée sous le thème LA FORÊT. ÊTRE VIVANT. Cet événement, qui a remporté un très grand succès auprès du public, a contribué à la rencontre des sciences et des arts, en faisant se côtoyer les chercheurs, les leaders autochtones, les artistes, les écrivains, les éditeurs, les journalistes…

Enfin, ce numéro est clôturé par un aperçu de la célébration des 120 ans de la FIOCRUZ, partenaire très ancien de la France et du CNRS, distinguée par l’OMS comme un organisme référence en Amérique du Sud en matière de recherche sur la pandémie.

Olga Anokhina
Directrice du Bureau CNRS Rio

 

Le bureau de Rio effectue une veille sur la situation et les mesures sanitaires prises dans l’ensemble des pays d’Amérique du Sud. Les informations à ce sujet sont disponibles sur notre site : https://www.cnrsrio.org/coronavirus-en-amerique-du-sud/

Pour des analyses détaillées des situations des pays de notre zone, consulter : https://covidam.institutdesameriques.fr/