Contact : Guillaume Hébrard – Hebrard@iap.fr

Une éclipse totale de Soleil est l’un des phénomènes naturels les plus spectaculaires auxquels il soit possible d’assister. Au moment où la Lune passe juste devant le Soleil, la lumière de notre étoile est masquée et la nuit tombe brusquement pour quelques instants, en pleine journée. Il est alors possible d’admirer la couronne solaire et d’apercevoir quelques étoiles et planètes. Observées et prédites dans différents endroits du globe depuis des siècles, les éclipses nous relient par ailleurs avec la géographie et notre histoire ; elles nous permettent également de percevoir le mouvement des astres.

Éclipse totale le 3 novembre 2013 au Gabon ( Photo : Jean Mouette, IAP/CNRS )

À un endroit donné sur la Terre, une éclipse totale de Soleil est un événement rare. Cependant, en Amérique du Sud ont lieu deux éclipses successives en ce début de XXIe siècle : le 2 juillet 2019 puis le 14 décembre 2020. Leurs phases partielles sont observables dans les nombreux pays sud-américains en prenant des précautions simples (voir encart) ; les phases totales, les plus spectaculaires, sont elles observables depuis deux bandes traversant d’ouest au Chili et en Argentine.

Ainsi, grâce à la météo favorable, des millions de personnes ont pu observer l’éclipse du 2 juillet 2019, dans ses phases partielles ou totales dans les villes ou dans des endroits plus reculés. De nombreuses manifestations ont été organisées à cette occasion faisant de cette journée un événement à la fois astronomique et populaire.

Carte de visibilité de l’éclipse de Soleil du 14 décembre 2020
( Photo : Patrick Rocher – IMCCE – Observatoire de Paris )

Il en sera de même le 14 décembre prochain. Cette seconde éclipse solaire sera observable alors que le Soleil sera haut dans le ciel et probablement parfaitement dégagé en cet été austral. Précédée et suivie de phases partielles, l’éclipse totale aura lieu vers 13h10 et pourra durer un peu plus de deux minutes pour un observateur situé dans les régions centrales de la bande et quelques secondes près de ses limites. En dehors de la bande de totalité, on n’observera qu’une éclipse partielle ; celle-ci débutera vers midi et pourra durer jusqu’à trois heures.

À l’occasion de ces deux éclipses, une exposition intitulée ¡Eclipses solares en Argentina! présente des images d’éclipses obtenues à travers les époques et des informations permettant de comprendre et d’observer ces phénomènes. Fruit d’une collaboration franco-argentine, l’exposition a été réalisée par l’Institut d’astrophysique de Paris (IAP), l’Institut français d’Argentine et l’Institut d’astronomie et de physique spatiale de Buenos Aires. Elle a été inaugurée en mai 2019 au Planétarium de Buenos Aires, qui diffuse également sur sa façade des films d’éclipses réalisés par l’IAP. Une dizaine de lieux publics à travers l’Argentine ont par la suite présenté gratuitement cette exposition, donnant ainsi à de nombreux visiteurs l’accès à des informations sur ce phénomène naturel. Après une interruption due à la pandémie de Covid-19, la présentation de l’exposition a repris en novembre 2020.

L’éclipse partielle est observée par des écoliers, avec des lunettes « spéciales éclipses » ou à travers une lunette astronomique équipée d’un filtre solaire. Cette éclipse n’était totale que depuis les Îles Féroé et le Svalbard, à l’extrême nord de l’Europe.  ( Photo : Edgard Renault )

En cette époque complexe marquée par la crise sanitaire, l’éclipse du 14 décembre 2020 constituera une occasion privilégiée pour faire comprendre au plus grand nombre comment fonctionne la science, quels sont ses acquis, ses méthodes
et sa capacité à douter, raisonner, comprendre et faire des prédictions.

Elle offrira également un spectacle naturel exceptionnel qui pourra être observé simultanément par des millions d’êtres humains.

Sites web de l’exposition ¡Eclipses solares en Argentina ! :

En Français : http://www.iap.fr/actualites/avoir/2019/Mai/Eclipses_Solares/EclipsesSolares-fr.html
En Espagnol : http://www.iafe.uba.ar/expoeclipses

Comment observer une éclipse ?

Pendant les phases de partialité d’une éclipse, il ne faut jamais observer directement le Soleil sans bonne protection oculaire. Comme pour n’importe quel jour, sa lumière est en effet tellement intense qu’elle peut occasionner des lésions des yeux. Des lunettes de Soleil ordinaires ne protègent pas suffisamment et il est encore plus dangereux d’observer le Soleil à travers des jumelles ou avec un télescope sans bon filtre solaire. Heureusement, il est très simple de se protéger pour observer sans danger le Soleil pendant l’éclipse partielle. On peut l’observer par exemple avec des lunettes « spéciales éclipses », par projection en sténopé (sous un arbre, avec une passoire, avec un simple carton troué), avec des jumelles ou un télescope équipés d’un filtre solaire adéquat ou encore après avoir pris des photos ou des vidéos du Soleil.
Durant les quelques instants de la totalité, l’éclipse peut par contre être simplement observée à l’œil nu. Lors de l’éclipse totale du 14 décembre 2020, en plus de la couronne solaire les planètes Vénus et Jupiter deviendront visibles de part et d’autre du Soleil ; avec une bonne vue, on pourra également distinguer la planète Mercure ou l’étoile Antarès, voire même la planète Saturne juste à côté de Jupiter.