Numérisation de documents de l’Amazonie par une équipe franco-brésilienne

crédit : CDHBA / Photo : Ludovic Fossard

Le Centre de documentation historique de la basse Amazonie (CDHBA), lié au département d’histoire de l’UFOPA (Université Fédérale de l’Ouest du Pará, Brésil), est lauréat d’un projet réalisé en partenariat avec la Cour de justice de l’État du Pará (TJPA), le CNRS et la bibliothèque de l’Université de Californie.

Ce projet, coordonné par la chercheuse du CNRS Émilie Stoll et ses collègues historiens de l’UFOPA Gefferson Ramos Rodrigues, Wania Alexandrino et Luiz Laurindo Junior, est consacré à la Numérisation des dossiers judiciaires arbitrés sous les régimes autoritaires en Amazonie au XXe siècle. Les documents juridiques conservés dans la juridiction d’Óbidos, dans l’ouest du Pará, et actuellement sous la garde de l’Ufopa, pourront être sauvegardés grâce au financement de Modern Endangered Archives Program (MEAP). Ce dernier se consacre à la numérisation et à la sauvegarde des archives des XXe et XXIe siècles dans le monde entier, contribuant ainsi à la construction et à la pérennisation du patrimoine historique et culturel mondial.

Camila Gomes, boursière de l’ambassade du Luxembourg, scannant un document du XIXe siècle (crédit : CDHBA / Photo : Ludovic Fossard)

Les 50 000 dollars, accordés par la bibliothèque de l’Université de Californie, aux États-Unis, qui s’ajoutent au financement de l’ambassade du Luxembourg, permettront de rémunérer les chercheurs et les boursiers et de financer l’achat du matériel nécessaire. Les travaux, qui dureront deux ans, débuteront en 2021.

Le CDHBA, qui accueille l’équipe franco-brésilienne, a été créé en 2017 dans le but de cataloguer, scanner et mettre à disposition de la collectivité et des chercheurs les documents historiques de la région.

Réunion d’équipe du CDHBA (crédits : CDHBA / Photo : Ludovic Fossard)

Le point fort du projet consiste en la participation des étudiants de premier cycle. 12 étudiants seront impliqués dans les travaux supervisés par les enseignants-chercheurs.

« C’est une grande réussite, surtout à un moment où les universités brésiliennes souffrent gravement de la réduction des ressources, cela montre que les sciences humaines ont beaucoup à apporter avec des projets qui valorisent la préservation des documents qui relatent la vie des populations amazoniennes », a souligné l’un des coordinateurs du projet Gefferson Ramos.

Sources :

Article de la Globo

Échanges avec Emilie Stoll (CNRS)

Site du CDHBA